Magazine Beaux Arts

Eric Derack

Publié le 15 mars 2008 par Anne Malherbe

L'oeuvre ci-dessus appartient à la série Tu n'est poussières (2007) d'Eric Derack.
Il s'agit d'un tirage photographique d'après "poussières, fibres, adhésifs, fragments d'ektachromes et gélatines" (comme l'indique l'artiste lui-même).
Pourquoi c'est bien:
- parce que l'artiste n'utilise pas la photographie dans l'idée de produire une image mais comme médium aux propriétés et à la malléabilité infinies.
- parce que, justement, comme le fait remarquer Richard Leydier dans le catalogue consacré à Éric Derack, celui-ci est un des rares artistes aujourd'hui à renouveler "structurellement" le médium photographique.
- parce que le mélange de poussières, d'éléments photographiés, de gélatine, que l'artiste combine entre eux, à toute petite échelle, avec la précision d'un chirurgien, crée ensuite, au tirage, un univers à la fois visuel et tactile extrêmement nuancé et suggestif.
Selon les séries, on voit des continents à la dérive, une peinture de Mirò, dans certains cas on ne sait plus s'il s'agit de photographie, de dessin ou de grattage.
Le trouble visuel nous maintient ainsi dans la sensation qu'il s'agit bien d'une oeuvre matérielle et sensible, dans laquelle l'imaginaire prend plaisir à voyager.
- Parce que, du coup, même si nous voulons lui faire dire ce dont nous avons envie, l'oeuvre brouille les pistes, nous rappelant qu'elle est plus riche que ce nous pouvons projeter sur elle et que c'est elle qui a le dernier mot.
- Parce que cette combinaison entre eux d'éléments hétérogènes nous rappelle l'impureté fondamentale du monde, fait de contaminations, d'entrechocs, de débordements et d'échanges.
- Parce que, malgré les poussières et les débris qui les parsèment, les oeuvres ne sont jamais morbides. Extrêmement vivantes au contraire, on les perçoit en mouvement, on sent qu'elles pourraient aller au-delà des limites que leur format leur impose.
NB: un tirage 125 x 100 (en 6 exemplaires) est à 2200 euros.
Eric Derack est exposé en ce moment à la galerie Defrost.
(Ci-dessus, Eric Derack, oeuvre de la série Partage d'espaces, 2005-2006)
Images: courtesy de l'artiste et galerie Defrost.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anne Malherbe 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte