Magazine Concerts & Festivals

NIGHTWISH à Forest National le 16 avril 2012

Publié le 16 avril 2012 par Concerts-Review

Nightwish est devenu un des fleurons de la scène métal symphonique actuelle. 

Le groupe finlandais a surmonté avec brio l'épreuve difficile du départ de sa chanteuse original Tarja Turunen en 2005 pour rebondir avec succès dans un nouveau line up incluant la chanteuse suédoise Anette Olzon. Pas étonnant donc que la salle foresoise en version club ai pratiquement fait le plein ce soir.

Lorsque je pénètre dans les lieux c'est Battle Beast qui est sur scène.

Emmené par une chanteuse hurleuse au look tres masculin répondant au doux nom de Nitte Valo, le band scandinave pratique un heavy metal dans la lignée des Udo, Wasp ou Judas Priest. Ce n'est pas des plus original mais on ne s'ennuie pas une minute pendant leur prestation d'environ trente minutes. Un bon point donc qui nous prépare au plat consistant de la soirée.

A 20h50 précises, Nightwish démarre un show qui va nous séduire de bout en bout pendant 120 minutes.

Lorsque le rideau de lambeaux translucide derrière lequel le band apparait en ombres chinoises tombe sur le sol, c'est à grand coups de lance-flammes et d'effets pyrotechniques que le groupe entamme sa prestation. Immaginaerum, le show, est à la hauteur de la musique magnifique développée par Nightwish. Grandiose, sans etre pompeux, le spectacle enchante nos yeux et nos oreilles par la qualité des arrangements parfaitements reproduits sur scène et par la sympathie et le charisme qui se dégage des musiciens. La voixd'Anette Olzon est parfaite, parfois secondée par celle de Marco Hietala le bassiste et chaque titre se mue en un véritable tableau sonore et visuel d'une précision diabolique. Il n'est pas étonnant que le band propose sur la version limitée de son dernier album une interprétation instrumentale de celui ci, car les musicos du groupe sont loin d'etre des manchots. Tuomas Holopainen, maître de cérémonie incontestable derrière ses claviers est magistral et orchestre de main de maître tout ce beau monde. On est en plein metal symphonique jubilatoire fortement saupoudré d'influences celtiques. 

En fin de set le band rendra hommage à Gary Moore en reprenant son "Over the Hills & Far away" avant de revenir pour les rappels et une fois de plus nous émerveiller par un final tout en paillettes, explosions et fumigènes se posant en écrin de lumières pour cette musique que l'on peut qualifier d'imaginaire post-gothique et qui ne présente aucun fil rouge tant elle est libre d'inspiration.

A part peut etre celui de l'enchantement, ce qui n'est pas pour nous déplaire...

Setlist:

Intro : Taikatalvi  

1. Storytime  

2. Wish I Had An Angel  

3. Amaranth  

4. Scaretale  

5. Slow, Love, Slow  

6. I Want My Tears Back  

7. Come Cover Me  

8. The Crow, The Owl And The Dove  

9. The Islander  

10. Nemo (acoustique)  

11. Last Of The Wilds  

12. Planet Hell  

13. Dead To The World  

14. Ghost River  

15. Over The Hills And Far Away  

---------------- 

16. Finlandia  

17. Song Of Myself  

18. Last Ride Of The Day  

Outro : Imaginaerum  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte