Magazine Culture

Le Charme de Venise

Publié le 24 avril 2012 par Venetiamicio

Le Charme de Venise
    Venise est elle-même une grande maison dont il faut posséder certaines clefs pour pouvoir y entrer et savoir en sortir ....Elisabeth Vedrenne©Demeures secrètes de Venise
Le Charme de Venise
Je vais continuer avec le texte de Elisabeth Vedrenne qui me plaît bien.
     Elle nous tient par les sens.
     Dès qu'on y met le pied, on retrouve la vue, l'ouïe, l'odorat, le toucher. Tout y est mouvant mais harmonieux. On réapprend à se tenir en équilibre. On se cogne contre de vrais corps, on rencontre les visages. Au royaume du piéton, on marche le nez en l'air, les yeux dans d'autres yeux, ou la tête baissée vers le sol en chevrons, le cou tordu, inquiet de rater quelque chose. On redevient animal. 
On entend tout. On met du temps avant de reconnaître ses propres pas qui résonnent sur les dalles, 
on apprend le raclement de l'eau sur le bord des fondamente, ses coups de langue sous les ponts,
ses clapotis. On distingue les rires, la radio, les voix stridentes des femmes, les invectives entrecroisées des gondoliers, les remarques insupportables des touristes, le glissement des paniers qui s'élèvent en raclant les murs, le claquement d'une persienne, tous les petits bruits attachants de la vie quotidienne qui avaient déserté nos oreilles assourdies et qui soudain paraissent importants, neufs, à cause de leur résonance sur un fond de silence inhabituel.
     Et puis il y a l'odeur. Toujours forte, toujours âcre. Excessive. Parfois puante, polluée, insupportable. Généralement bouleversante, enivrante, gênante tant elle est sensuelle. Relents de canal et de vase mais aussi bouffées de haute mer, senteurs exquises des glycines et des gardénias venues des jardins clos, invisibles derrière leurs hauts murs de brique lentement rongés par les brumes hivernales, qui exhalent des odeurs de saumure ou de mousse. Effluves musquées, étranges. Parfums mouillés, salmigondis d'exhalaisons impossibles à différencier : même le salpêtre piquant des murs lépreux vous fait respirer la vie oubliée...


Texte de Elisabeth Vedrenne dans son introduction : Vivre à Venise
Demeures secrètes de Venise © Albin Michel-1990

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Venetiamicio 268 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines