Magazine Concerts & Festivals

Hamilton Loomis au GC Nekkersdal, Laken, le 3 mai 2012

Publié le 03 mai 2012 par Concerts-Review

Dernier concert de la saison pour la  Brussels Blues Society, toujours en collaboration avec le VK, le Nekkersdal, à Laken, accueillera le Texan: Hamilton Loomis!

hamiltonloomis-543.jpg

On ne peut pas dire que le collectif bruxellois ait été servi par dame Fortune pour sa seconde saison de concerts : octobre, Joanne Shaw Tayler annule sa tournée- février, un public réduit au strict minimum, suite aux conditions climatiques atroces lors du concert de Tail Dragger - mars, Sherman Robertson, malade, doit déclarer forfait...

Début mai, heureusement, une assistance honnête avenue Bockstael, il faudra cependant patienter avant de voir le natif de Galveston et son équipe quitter les coulisses pour investir le podium, après une intervention Lange Jojo d'un  jovial organisateur!

20:55', Damen und Herren, please welcome Hamilton Loomis pour son 24è concert en 30 jours.

C'est un grand honneur pour nous car cet admirateur de Bo Didley aura la chance de jouer au Blues Festival de Peer, en juillet.

hamiltonloomis-251.jpg

Luk est bien remis de ses excès de jus de pomme, avec son copain Daniel, sobre comme un Polonais ayant le gosier en pente, on choisit la meilleure table du bastringue.

A boire!

hamiltonloomis-475.jpg

Hamilton Loomis doit pas avoir dépassé le cap des trente ans depuis longtemps, mais sa discographie compte déjà quelques plaques: la première 'Hamilton' date de 1994 - 'Live in England' est sorti en 2009.

Les gars qui l'accompagnaient hier ne sont pas catalogués second-couteaux :Fabian Hernandez - Saxophones, Keyboards fait partie du band de El Gato Negro, alias Ruben Ramos, récompensé d'un grammy for the best Tejano album en 2009 - Kent Beatty - Bass, Vocals, nous a époustouflés par son doigté mélodieux et Ryan Cortez - Drums, Vocals, est tout simplement fabuleux!

hamiltonloomis-163.jpg

Le band démarre avec un instrumental funky ( probablement 'Pull Strings', sorry pas de setlist!) histoire de chauffer la salle, une première escapade du sax, smooth as silk, relayée par une envolée lyrique du guitariste, donnent le ton.

' Workin real hard', tu parles... doing nothing at all , une touche Stevie Wonder ( 'Master Blaster'), une guitare croustillante, une rythmique impeccable..ça suinte de partout.

Let's go funky, annonce le frisé, et avant c'était de l'ambient, sans doute?

hamiltonloomis-127.jpg
Un petit signe à la table, pas terrible les retours, tant pis,on y va... I sat down to write a song... pas d'inspiration, but I try, try, try... toute la saveur du Texas roots/blues/rock, plein de licks dégoulinants.

' 99 miles' ( from nowhere), un petit coup de mouth harp enfoui dans un accessoire d'aspirateur pour ce midtempo gravé sur l'album 'Kickin it'.

Time for a new song, Brussels, toujours en mode funk/blues moelleux, ' What it is' succède, superbe harmonica, tempo tchick, tchick, tchick.. .. les pieds battent la mesure, les chaises balancent et Daniel s'entraîne pour le championnat international d'air guitar doté, pour le gagnant, d'une nuit au paradis en compagnie de Jimi, Gary Moore, et autres trépassés notoires, des anges, asexués paraît-il , assureront la partie striptease.

Le truc est vachement sensuel, le sax prenant des allures Bar- Kays sirupeuses.

Travail de dentellière pendant ' Partner in crime', another new song.

Les aléas du mariage, tu l'épouses, après un an les emmerdes commencent ... ' A woman like you' , un slow assaisonné à la sauce soul blues.

Un bluesrock te rappelant au bon souvenir de Les Dudek, un fameux guitariste ayant collaboré avec Steve Miller ou Boz Scaggs, et plus tard Cher ou Stevie Nicks.

Le solo de basse, cinq minutes, est à inscrire dans las annales: mélodieux, ciselé, aérien... pas un âne béat, Kent Beatty!

hamiltonloomis-271.jpg

Intro en shuffle pour ' Slow lover' qui virera groove infectieux sentant bon  Stevie Wonder meeting Lenny Kravitz, le malin Hamilton décide de parfumer le titre aux essences John Lee Hooker, c'est parti en boogie agité avant de reprendre le thème initial.

65' se sont écoulées, on les a pas vues défiler, sauf que nos verres étaient vides.

Petit détail pour la flicaille, Luk a avalé un vin rouge!

Pause!

hamiltonloomis-346.jpg

Il sera 22:35 lorsque le set 2 sera entamé, tout comme le premier, par  un instrumental aussi dégoulinant que le 'Slunky' introduisant le premier effort solo d'Eric Clapton, le band enchaîne sur le scintillant  ' No No No' .

hamiltonloomis-466.jpg
Brussels, la météo ne vous gâte pas, let's take a little trip to New-Orleans: 'Turning Heads', évidemment, Luk la connaît cette nana, a remedy to heal your blues, ferme les yeux: tight blue jeans, high-heeled shoes, angel eyes...Un sax bouillant te rappelant au bon souvenir des Meters, une guitare sensuelle, basse et drums en béton, plage épique!

 Au nerveux 'Stuck in a rut' succède un soulblues classique, capable de faire chialer un gorille en rut sur le point de violer une religieuse qui ne demandait que ça, pour une fois l'histoire de la bonne femme qui te fiche le bourdon parce qu'elle a  mis les bouts connaît un terme heureux..this cold, cold weather is gonna end... I found me a new woman.

'Warming Trend' se nomme cette perle sur laquelle Josette et Germain ont attaqué un corps à corps langoureux, les censeurs ont sorti le carré blanc.

Le club vibre et gueule!

' Whatever you want' je le veux aussi, babe!

 Grand numéro pendant le stomping blues rock de Johnny Guitar Watson,  'Bow Wow' , elle est stable cette chaise, Thierry?

Tiens la, je grimpe, gaffe à vos paluches je monte d'un étage sur votre table, un petit saut, je colle mon instrument à hauteur de la généreuse poitrine de Juliette, une ou deux autres acrobaties , on reprend Bow Wow, attention il y a de la  fumée sur le lac, dernière explosion et bye, bye, Brussels, you were a great audience!

hamiltonloomis-595.jpg

Vous étiez pas mauvais, les gars, un pousse-café pour la route?

La tornade 'Get my blues on', près de 15' de blues funk torride, ornementé d'un des meilleurs solo de batterie jamais ouï en 45 ans de concerts, pour amuser la galerie on appelle Tonton Bob, get up, stand up for your rights et, par chance, Roxane était dans le coin, juste au moment où Ryan brise une baguette, un final magistral, public debout, Luk pleure, pour le consoler señor Cortez lui refile ses sticks.

hamiltonloomis-311.jpg

Solide groupe, solide concert!

Photos: LUK STIENS


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte