Magazine Culture

Ste-Marie: une institution au bord de l’implosion

Publié le 07 mai 2012 par Lana

L’hôpital psychiatrique niçois enchaîne les dysfonctionnements. La direction reconnaît le manque
de personnels mais souligne aussi les évolutions positives, telle la création de nouvelles structures

Il s’appelait Jean-Claude Verdonck. Il aurait eu 57 ans le 30 avril. Le 19 décembre dernier, ce patient en « hospitalisation libre » à Ste-Marie est conduit à l’hôpital Pasteur. Un saut de puce pour un patient comme les autres. Il est suivi dans le cadre de son traitement contre le cancer. Il ne reviendra jamais…

Les forces de l’ordre découvrent son corps sans vie à deux jours de Noël, dans le lit du Paillon, sous un pont. En face de l’hôpital qu’il avait, semble-t-il, voulu regagner à pied. Sans attendre les ambulanciers. Mort de froid ? Plausible. Le parquet de Nice a diligenté une enquête.

Se retranchant derrière un double secret – médical et de l’instruction -, la direction de Sainte-Marie refuse de s’exprimer sur ce décès inexpliqué. Un « événement indésirable », selon l’expression administrative consacrée…

Reste que ce drame, quelle qu’en soit la cause, pose la question de l’encadrement des patients. Y a-t-il eu dysfonctionnement dans la chaîne de suivi ? « Ce n’est pas tant l’absence de surveillance qui me choque, mais le fait que les patients en psychiatrie puissent être perçus comme des sous-hommes »,lance la Niçoise Claude Finkelstein, présidente de la Fnapsy*.

« On travaille de plus en plus mal »

Or, les « événements indésirables » ne sont pas rares. Le 13 mars dernier, un patient se blesse gravement aux jambes après une chute de deux étages… Et pas plus d’explications.

Quatre départs de feux en l’espace de quarante-huit heures. C’est l’incident rare qui s’est produit le week-end du 15 avril, au pôle de psychiatrie générale. Amenant son responsable, le Dr Pierre Giordano, à prendre des mesures draconiennes.

Certains témoignages évoquent enfin le cas d’un aide-soignant, remercié après avoir fait l’objet de cinq plaintes de patientes pour « abus sexuels ». « Il y a eu des accusations de viols, comme c’est souvent le cas en milieu fermé », affirmait, avant son départ de Nice, Éric de Montgolfier. Mais le procureur soulignait qu’il n’a eu à engager aucune poursuite pénale. Selon Claude Finkelstein, « le linge sale se lave en famille… »

Quinze mois après le rapport accablant de l’Igas, divers témoignages dénoncent toujours des failles persistantes dans la prise en charge hospitalière : patients « gavés » de tranquillisants, cas de maltraitance, recours abusif à l’isolement… « Le temps de mise en chambre d’isolement a baissé de 47 % », rectifie sur ce point Chantal Phililp.

« On travaille de plus en plus mal,tonne un praticien en ” off “. Il y a de moins en moins d’infirmières et de psychiatres. Et ceux que l’on recrute, notamment dans les pays de l’Est, sont moins compétents. » Constat cruel qui fait bondir la directrice. La pénurie d’effectifs ? C’est un fait : il manque« 30 à 40 infirmières et 10 à 12 médecins. Mais il s’agit là d’une problématique nationale. Quant aux personnels recrutés, ils le sont à compétences égales ! »

« Ça pourrait être un bon hôpital… »

Côté syndical, les délégués CGT, réunis autour de leur secrétaire Philippe Davy, dénoncent des « conditions de travail très détériorées. Tout un aspect humain de la prise en charge des patients est bafoué. Aujourd’hui, on se retrouve avec un hôpital en ruine. Les réalités économiques ont rattrapé l’association et ce sont les patients et salariés qui les paient. »

Chantal Philip réfute encore cet état des lieux à charge. Exemples à l’appui : « Une maison d’accueil spécialisée pour les autistes a été créée à Saint-André-de-la-Roche. Un institut en soins infirmiers a été délocalisé à La Gaude… Ste-Marie a progressé depuis cinq ans. Il y a toute une communauté qui se mobilise pour évoluer. »Claude Finkelstein, pour sa part, estime que « les gens qui travaillent là sont des gens bien. Ça pourrait être un très bon hôpital… »Presque un aveu.

*Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie.

http://www.nicematin.com/cote-dazur/ste-marie-une-institution-au-bord-de-limplosion.864183.html


Classé dans:Actualités

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lana 4822 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog