Magazine Bd

Run – DoggyBags Tome 2

Par Yvantilleuil

Belles nymphomanes, clandestins mexicains et pilotes FedEx sont appelés au rayon boucherie !

Run - DoggyBags Tome 2Après un excellent premier tome, Run continue de prendre son pied au sein de ce Label 619 des éditions Ankama et propose trois nouvelles histoires complètes d’une trentaine de pages pour ce deuxième exemplaire de “Doggybags” mêlant thriller, frisson et horreur !

Le principe demeure le même : En proposant un mix d’auteurs et un concept série B, axé sur la violence et l’horreur, “Doggybags” rend hommage au cinéma Grindhouse des années 60-70 et s’inspire du concept de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez pour leur diptyque Boulevard de la mort (Death Proof) / Planète terreur (Planet Terror). Si les auteurs ont droit à un magnifique défouloir qui permet de laisser libre cours à leur créativité, le lecteur a droit à trois histoires bien trashs qui sortent des sentiers battus : des scénarios sans concession qui mêlent violence, humour bien macho, blondes pulpeuses, sexe et beaucoup d’hémoglobine.

La première histoire, intitulée « Elwood and the 40 bitches », écrite par Antoine Ozanam et dessinée par Kieran, invite à suivre un loser qui se fait draguer par une bombasse dans une station-service perdue dans un bled pourri. Une fois le décor planté, la belle nymphomane dévoile des tatous bizarres et notre plouc se transforme en justicier voulant sauver la planète d’une invasion extraterrestre à coups de pelle dans la gueule. S’il est un peu dommage d’abimer tant de beaux châssis à coups de pelle, ce récit qui s’amuse avec la réalité des choses respecte totalement l’esprit du tome précédent et a donc le mérite d’installer le lecteur immédiatement dans la bonne ambiance. We want more !!!

La deuxième histoire, intitulée « The Border », écrite par Run himself et dessinée par Guillaume “Blacky” Singelin, invite à suivre trois miliciens sans remords dans le désert de Sonora. Cette fois, ce ne sont plus des belles nymphomanes qui se font éclater, mais des clandestins mexicains qui, à défaut de vivre le rêve américain, se font dégommer en passant la frontière. Les auteurs font de l’excellent boulot au niveau de l’ambiance et proposent une fin surprenante qui installe un nouveau danger assez inattendu, issu des croyances mexicaines. Très bon !

La dernière histoire, intitulée « Vol Express 666 », à nouveau écrite par Run et dessinée par Bablet, propose un combat à 6000m d’altitude, inspirée d’un fait réel. Ce récit surprend car on a droit à un brin de développement psychologique, qui permet de comprendre pourquoi cet homme agressa trois pilotes d’un avion de la FedEx en plein vol. Mais rassurez-vous, si le personnage principal à droit à un peu plus de profondeur que les protagonistes des histoires précédentes, cela ne l’empêche pas de faire un véritable carnage bien sanglant à coups de marteau en plein vol, le tout au sein d’un huis-clos bien prenant. Il faut surtout souligner l’excellent travail de Bablet au niveau du graphisme.

Pour le reste, l’ambiance est à nouveau soignée jusque dans les moindres détails, de la maquette du livre au style rétro et usé de l’ensemble, en passant par les fausses publicités, les posters, les mini-coupons à découper ou ce vrai-faux courrier des lecteurs, qui sont insérés avec minutie dans l’album, rappelant au bon souvenir des vieux comics périodiques US.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yvantilleuil 3439 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines