Magazine Cinéma

Brüno

Publié le 08 mai 2012 par Olivier Walmacq

 Sacha Baron Cohen, Larry Charles dans Brüno (Affiche)

Genre:comédie critiquant la société.

Durée:1h23.

Année:2009.

L'histoire: Brüno, présentateur gay d'une émission culte de mode en Autriche, débarque en Amérique pour le meilleur et pour le pire !

La critique du cousin kazach de Brüno, Borat

En 2006, je débarquais en Amérique pour le plus grand malheur de ses habitants avec un reportage dénonçant notamment le racisme, le sexisme (scène du camping-car) ou encore le puritanisme de certains. Aujourd'hui, mon cousin autrichien, Brüno vole lui aussi de ses propres ailes avec SON film !

Il dénonce un énorme coup de gueule contre de nombreux sujets tabous. En premier, l'homophobie. Bien évidemment, il est gay et c'est très mal perçu en Amérique. Mais il y va de tout son coeur avec de nombreuses scènes cultes.
Il sera coincé avec son assistant en tenue SM dans une chambre et ne retrouvera plus la clé. Les gardiens le vireront excessivement, comprenez, comme de la merde.

Quelques minutes plus tard, ils n'auront toujours pas trouvé la clé. Ils arrivent alors devant une manifestation anti gay.
Ensuite, Brüno est le présentateur d'un match de catch et tombe sur son assistant qui se fait casser la gueule avant de se retrouver en amour avec mon cousin.
Imaginez les spectateurs tous homophobes ! Une scène qui fait vraiment très mal, surtout quand on sait que ces derniers ne sont pas prévenus que c'est pour un film.

Et un premier tâcle, un ! Ensuite, ce sont les adoptions douteuses. Tout le monde le sait qu'Angelina et Madonna vont être sur la sellette pour notre plus grand plaisir.
Mais là, il fait fort en sortant un bébé noir dans un carton. Mais personne autour n'appelera la sécurité. Deuxième tâcle !

Puis, c'est au tour du sexisme avec une partie de chasse où Brüno fait bien sûr exprès de parler de femmes et recueille des propos de chasseurs assez ragoûtants.
Sans compter cette séance d'échangisme avec des femmes qui sont montrées comme des objets sexuels. Tout comme Brüno se fera martyriser par une adepte du SM allant jusqu'à défoncer la fenêtre !

Mais alors, quand il essaye de faire revenir la paix en Moyen Orient, c'est encore pire ! Les aléas de la mode sont montrés avec une combinaison copyright Brüno faites en Velcro !
Sauf que le velcro, ça colle et il se prend un rideau, suivi de quelques habits qui se collent, et le voici dans une tenue ahurissante !

Il continue en auditionant des femmes et leurs enfants pour des photos. Elles acceptent tous les trucs les plus scandaleux, jusqu'à faire maigrir leurs poupons. On ne peut être que scandaliser devant ce genre d'anecdote.

Oui, comme vous avez pu le lire, Brüno ne fait pas dans la dentelle pour notre plus grand plaisir (ou pas, tout dépend des gens), tâclant toujours un peu plus une Amérique honteuse qu'on ne veut jamais montrer.
Je vous l'accorde, parfois, c'est très ragoûtant et assez chaud, mais la réalité est là. Certes, Sasha Baron Cohen avait frappé très fort avec Borat, mais là, il confirme tous les espoirs placés en lui malgré un côté graveleux envahissant.

Note: 12/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines