Magazine Culture

J'étais tueur à Beckenra City - Hugo BUAN

Par Wakinasimba

tueur-beckenra

Pascal Galodé Editions, 20 avril 2012, 263 pages

Résumé de l'éditeur :

C'est dans cette ville, que l'on pourrait situer en Amérique du Sud, que vit Leonard. Comment cet adolescent abandonné à seize ans sur un trottoir de Beckenra, (en état d'amnésie) va devenir un des pires tueurs de son Pays ?

Chasseur de primes. Tueur à gages. Tueur psychopathe. Leonard nous le raconte, tranquillement, paisiblement, sans aucune animosité sauf pour les marécageux, ces zombies qui vivent hors de " sa " société. Leonard évoque ses deux premiers crimes... Ont-ils tracé la voie de son existence ? Certainement. Mais dans quelle mesure ?... Il ne montre aucune curiosité sur son enfance oubliée. Ça ne l'intéresse pas.

Et que dire de Beckenra City ? Cette ville-vallée inaccessible... Vallée qui se voudrait indépendante dans le Royaume Démocrate. Leonard va servir toutes les causes qu'il croit justes, mais surtout celle de l'argent... A ses risques et périls. Ce récit de Leonard nous transporte avec lui dans l'acceptation d'un contrat sur la tête de la Bourgmestre de Beckenra, Luth Miller, jusqu'à sa conclusion. Va-t-il réussir à tuer la belle Luth ? En tout cas, il va y déployer toute son énergie...

Mon avis :

Exit, le commissaire Workan et la Bretagne, nous voici plongés dans une ville imaginaire dont Léonard, tueur à ses heures, nous décrit les méandres, ainsi que les méandres de sa propre vie.

On y croit, à ce tueur "né" à 16 ans qui fait preuve d'humour, parfois, par petites touches (on ne se refait pas, n'est-ce pas Monsieur Buan ?). Et on le suit dans ses contrats et ses virées dans la zone de non-droit de la ville.

Ses habitudes : deux appartements, dont un uniquement pour ses armes loué sous un faux nom ; une voiture de location ; un ami qui le tirera d'un mauvais pas.

Et puis la ville, surtout, tentaculaire, aux quartiers bien séparés : la zone des marécages pour les rejetés de la société, les immeubles du centre pour les classes moyennes, la banlieue chic pour les classes dirigeantes.

Dans ce nouveau roman, l'auteur a su se dégager de son Commissaire et explorer une autre facette du genre humain, plus noire.

Pourtant, au final, je préfère Workan et ses bons mots.....

L'image que je retiendrai :

Celle d'une ville aux grandes artères et immeubles mais qui semble désespérément vide.

Je remercie les Editions Pascal Galodé, fournisseur officiel de mes lectures buanesques...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wakinasimba 2312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines