Magazine Cinéma

Dark Shadows

Publié le 13 mai 2012 par Ptiterigolotte @ptiterigolotte

http://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2012/03/Dark-Shadows-Affiche-US.jpg

Un nouveau Tim Burton est un événement en soi. Après le très raté Alice aux pays des merveilles, le Mr était attendu au tournant par les fans. In fine, Dark Shadows est un condensé de tout ce Tim Burton a pu faire avant mais avec un élément nouveau et pas vraiment exploité dans ses autres films : l'humour. Ou la gentille moquerie envers son univers gothico-fantastique. Situons un peu l'histoire : Barnabas Collins est condamné à devenir un vampire car il s'est refusé (le malin !) aux charmes d'une sexy sorcière. 200 ans plus tard, il est libéré suite aux travaux de terrassements d'un MacDonald. Nous sommes en 1972 et Barnabas découvre sa nouvelle famille. Alors que le prologue était dans la pure tradition des Tim Burton (esthétique fantastique, manoirs et arbres biscornus), l'arrivée de Barnabas Collins dans le monde des 70's vient tout contrecarer. Le réalisateur oppose sans cesse le gothique du style vampirique de Barnabas avec l'esthétique pop de sa famille des seventies. En instillant une sacré dose d'humour à son récit, Tim Burton semble parodier son univers créant ainsi une distance avec toutes ses autres oeuvres. Autre nouveauté et pas des moindres, on reprochait depuis quelques années au réalisateur de faire des films pour enfants (Charlie et la Chocaleterie, Alice aux pays des merveilles), il se place ici encore avec beaucoup d'humour du côté des adultes en intégrant une scène de folle étreinte entre sexy sorcière et désuet vampire. La mise en scène est (comme dans tous les Tim Burton) impeccable, pas un moment de temps mort. Le travail qu'a fait Bruno Delbonel (dois je le rappeller un des directeurs photos fétiches de J.P Jeunet) est impressionnant dans le contraste entre teintes grisonnantes pour Barnabas et explosion de couleurs kitsh pour les autres personnages. Sinon, on peut juste reprocher à Dark Shadows son manque de consistante à traiter tous les créatures freeks - car il y'en a pour toutes les sauces - allant du vampire à la sorcière en passant par le loup-garou (!).

Dark Shadows signe le retour d'un Tim Buron en pleine forme avec un Johnny Deep au top. Pas d'ombres au tableau à part le scénario qui pêche par moments.

http://www.blogifan.com/wp-content/uploads/2012/02/eva-green-dark-shadows.jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptiterigolotte 327 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines