Magazine Culture

[anthologie permanente] revue "Action Poétique" & Joseph Julien Guglielmi

Par Florence Trocmé

La revue Action poétique cesse sa parution après soixante-deux ans (1950-2012) sur un fort et beau numéro, avec un DVD Rom qui comprend la collection complète de 1950 à 1922. Initiative que l’on doit célébrer. Il va être passionnant de pouvoir se replonger dans le passé de cette revue mythique, dont il faut souligner notamment l’ouverture sur les poésies étrangères de tous les pays du monde. 
Pendant quelques jours Poezibao puisera dans cette mine pour l’anthologie permanente.  
Voici après un inédit d’Emmanuel Hocquard, et un second extrait, de Paul Louis Rossi, le début d’une contribution de Joseph Julien Guglielmi.   
 
 
Portrait rapide dans un miroir qu’on vexe 
 
Comme le disait le Parmesan nain, la main raison 
Plus grosse que la droite, pointe sur le voyeur 
Et s’en sert pour se barrer peinarde comme pour épargner 
La pub. Pains de plomb et tout le beans, 
fourrure, agnostiques, plats, rings de corail courent ensemble 
Dans un mouvement supportant la face, laquelle nage 
Vers et au loin comme la main 
Excepté qu’elle est en repos. C’est ce qui est 
En cabane. Vasari dit, « François un jour se mit 
À se tirer le portrait, se reluquant exprès 
Dans un miroir qu’on vexe tel qu’en usent les casse-choses… 
Par conséquent il causait une bille de bois à être faite 
par un tourneur, et l’ayant divisée en deux et  
Réduite à la taille du miroir, il se mit lui-même 
Avec grand art à copier tout ce qu’il voyait dans la glace, » 
Au premier chef sa réflection, de laquelle le portrait 
Est la réflection une fois enlevée. 
La glace chose à refléter seulement ce qu’elle voyait 
Ce qui était assez pour son exprès : son image à lui 
Glacée, embaumée, projetée à un angle de 180 degrés. 
Le temps du jour ou la densité de la lumière 
Adhérant à la face de garde 
Vivement et intacte dans une vague récurrente 
D’arrivée. Le soûl s’établit lui-même. 
Mais combien loin peut-il nager dehors à travers les yeux 
Et encore retourner sauf à son nid ? La surface 
Du miroir étant qu’on vexe, la distance s’accroît 
Signifiquement ; c’est assez pour faire la point 
que le soûl est captif, traite humainement, gardé 
En suspension, incapable d’avancer beaucoup plus loin 
Que vous regardez comme il intercepte l’image.  
[...] 
 
Joseph Julien Guglielmi, in Action poétique, dernier numéro, « L’intégrale », p. 138. 
 
Joseph Julien Guglielmi dans Poezibao : 
bio-bibliographie, extraits 1, extraits 2, Au jour le jour, selected poems (par D. Cahen) 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines