Magazine Cinéma

Brutal

Publié le 15 mai 2012 par Olivier Walmacq

brutal

genre: horreur, gore, thriller (interdit aux - 16 ans)
année: 2007
durée: 1h30

l'histoire: Zoe Adams, adjointe du shérif de sa ville, découvre des restes humains. Elle se lance alors sur la piste du tueur. Ce dernier signe ses crimes en déposant une fleur sur les corps de ses victimes.

la critique d'Alice In Oliver:

L'affiche de Brutal, réalisé par Ethan Whiley en 2007, a le mérite d'annoncer les hostilités: "Hostel rencontre Le Silence des Agneaux".
Voilà un mélange pour le moins original qui oscille entre thriller, horreur et tortures craspecs. D'ailleurs, Brutal est interdit aux moins de 16 ans.
Avec un tel titre, on est donc en droit d'attendre une boucherie dans les règles.

Hélas, Brutal est loin de posséder la force et l'inventivité de ses modèles. Au niveau du casting, on retrouve quelques visages connus du grand écran: Jeffrey Combs, Sarah Thompson et Michael Berryman.
Pour ceux qui auraient la chance de ne pas connaître Ethan Wiley, ce dernier a signé plusieurs séries B peu recommandables.

Au hasard, nous citerons Children of the Corn 4 et Black Water Valley Exorcism. Vous ne connaissez pas ces films d'horreur ?
Rassurez-vous, c'est normal ! D'autant plus que ces deux films d'épouvante sont sortis dans le plus grand anonymat.
Avec Brutal, Ethan Wiley surfe sur la vague horrifique des années 2000, à savoir sur les succès de Saw et Hostel.

brutal200702

L'histoire est de facture classique. Attention, SPOILERS ! Dans une petite ville américaine sans histoire, des cadavres sont retrouvés atrocement mutilés.
Ce qui ne manque pas d'inquiéter le shérif du coin, et plus particulièrement son adjointe, Zoe Adams. A partir de là, Brutal hésite entre thriller, horreur et enquête policière. L'intrigue est particulièrement inintéressante.

Même chose pour les meurtres, certes nombreux, mais rien de sensationnel non plus. Oui, notre serial killer de service ne plaisante pas et semble manier le bistouri avec un certain plaisir. Mais vu le titre du film, on était en droit d'attendre un film beaucoup plus violent et morbide. C'est d'ailleurs le plus gros défaut de Brutal.
Ethan Whiley ne parvient jamais à instaurer une ambiance putride. Sans compter des personnages lisses et quelconques.

En résumé, Brutal est un film particulièrement ennuyeux qui ne tient jamais les promesses annoncées. En vérité, Brutal se contente d'accumuler tous les poncifs du genre sans la moindre inventivité et/ou la volonté de créer un certain suspense.
En résulte un très gros navet, qui souffre également de grosses baisses de rythme. Même pas le charme d'un bon vieux nanar.
Reste la présence de ce pauvre Michael Berryman, qui semble lui aussi se faire suer.

Note: 01/20
Note naveteuse: 16.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines