Magazine Cinéma

Les Aventures Extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec

Publié le 15 mai 2012 par Olivier Walmacq

adele_blanc_sec_poster_promo_besson

genre: aventure, adaptation

année: 2010

durée: 1h50

L'HISTOIRE: Les péripéties d'Adèle Blanc-Sec, héroïne aventurière aussi adulée que détestée, assez orgueilleuse et pince-sans-rire sur les bords, entre le ptérodactyle géant et le remède égyptien pour sauver sa soeur malade...

LA CHRONIQUE DE KOAMAE:

Avant dernier film en date de notre gros barbu spécialisé dans les productions naveteuses, ce cher Luc Besson, Les Aventures Extraordinaires D'Adèle Blanc-Sec est évidemment une adaptation des BD de Tardi.
Et que dire... Si ce n'est que c'est le meilleur film de Besson depuis Le Cinquième Elément ! Pourtant, ce film a été bien démonté par la critique.
Mais, subjectivement, il ne mérite pas cela. Tout le monde dit 'beuuuuuuuuurk.... Un film de Luc Besson'. Foutaises.
Après, objectivement, c'est sûr que ce n'est pas un énorme blockbuster qui en met plein la vue à la Avatar... Mais qu'est-ce qu'on s'en fout, en fin de compte !

Le film nous fait donc voir Louise Bourgoin (que j'ai jamais trouvé si belle que ça, en fin de compte... non, pas taper!) en Adèle Blanc-Sec (comme le vin !).
Un bout de femme pince-sans-rire, toujours pressée, rarement détendue, et orgueilleuse sur les bords, mais une putain d'aventurière... Coincée avec la maladie de sa soeur, elle part en Egypte pour essayer de déloger la momie d'un grand docteur égyptien, qui pourra faire revivre la soeur...
Parallèlement à cela, un ptérodactyle fait des ravages dans Paris (au fait, l'action se passe en 1911); comment Adèle Blanc-Sec va-t-elle sauver tout cela ? A vous de le découvrir !
La fin laisse présager une suite: Adèle Blanc-Sec embarque sur un célèbre paquebot qui a inspiré à James Cameron la plus grosse arnaque de l'histoire du cinéma...

Alors, il est vrai que le film n'est pas parfait: pour moi, l'histoire du ptérodactyle est vraiment en trop. C'est une histoire qui s'éloigne trop de l'histoire principale du film; c'est juste un truc secondaire pour attirer le public.
A la limite, il aurait fallu faire un premier film avec une première histoire, et un second film avec une autre histoire...
Mais bon, on ne va pas chier des paillassons pour ça ! Non, il faut être conscient que malgré tout ce qu'on a pu en dire, Besson, même s'il est un mauvais producteur, est un bon réalisateur, et, s'il a fait quelques merdes, il a aussi fait de très bons films. Les Aventures Extraordinaires D'Adèle Blanc-Sec appartient à cette dernière catégorie. 

NOTE: 17/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines