Magazine Culture

All eyes on... Childish Gambino

Publié le 15 mai 2012 par Urbansoul @urbansoulmag

Si je pouvais, je ne remplirais Urban Soul que d’articles All eyes on parce que j’ai l’impression qu’il y a tellement de bons artistes qui sont encore trop méconnus du public. Et comme le temps me manque parfois (trop souvent), je me retrouve par exemple avec Childish Gambino sur ma « to do list » depuis DES MOIS. Mais comme il se produira à Bruxelles le 1er juillet à l’occasion du Festival Couleur Café (le seul jour où je n’y serai pas, évidemment…), je me suis dit que c’était le moment ou jamais d’en parler car je connais trop bien la douleur intrinsèque (ça veut rien dire dans ce contexte mais j’avais envie de l’écrire) que l’on peut ressentir lorsqu’on découvre un talent… juste après son passage en Belgique.

En même temps, Childish Gambino n’est pas vraiment un inconnu puisque les amateurs de série auront sûrement constaté sa forte ressemblance avec Troy de Community, joué par Donald Glover. Oui mesdames et messieurs : Donald Glover et Childish Gambino ne font qu’un.

Diplômé en Dramatic Writing de la NYU, ce jeune homme de 28 ans a été scénariste sur le Daily Show et pour la série 30 Rock (il a d’ailleurs décroché à trois reprises le prix de la Writers Guild of America) avant de se lancer dans la comédie avec Community en 2009. Mais Donald était rappeur bien avant de devenir Troy puisqu’il écrit depuis 7 ans et qu’il compte déjà 3 albums sortis en indépendant (Sick Boi – 2008, Poindexter 2009 et Culdesac 2010), un EP (intitulé… EP) et 3 mixtapes, projets qu’il a distribués en téléchargement gratuit sur la toile. Sauf qu’au départ, cela n’avait rien de sérieux :

« C’était une blague. Même ce nom était une plaisanterie, il n’était pas censé rester. C’est drôle et bizarre à la fois », a-t-il confié dans une interview accordée au site Madmoizelle. Mais il faut croire qu’il a fini par se prendre au jeu et en novembre 2011, il sortait son premier disque physique dans les bacs américains. Et comme d’habitude, il aura fallu attendre le mois de mars en Europe pour pouvoir profiter de Camp, opus dans lequel Donald conte son sentiment d’insécurité et ses doutes alliant chant et rap comme son collègue canadien Drake mais avec une voix que certains comparent à Lil Wayne. Honnêtement, je ne supporte pas ce dernier donc il faudra qu’on m’explique… Par contre, il est une autre comparaison flatteuse à laquelle il a régulièrement droit : celle avec Kanye West, maître dans l’art du storytelling (en même temps, quand on a fait des études de scénariste, il vaut mieux savoir comment raconter une histoire). Donald s’en dit honoré, lui-même ayant toujours apprécié le rap introspectif, ce « hip-hop qui parle de l’intérieur plutôt que de l’extérieur » :

« Je savais que si j’étais moi-même et que je restais super fidèle à moi-même, certains haïraient sans doute ce que je ferais mais au moins, personne me dire que ça sonne faux », a-t-il expliqué à HardKnockTV. Et pour être le plus authentique possible, rien de plus efficace que de tout gérer de A à Z : en plus d’écrire ses textes, Childish Gambino produit donc également ses sons, notamment sous le nom de mcDJ. Et quand au talent s’ajoutent sagesse, charisme et un capital sympathie très élevé alors je m’emballe.

Soulignons d’ailleurs l’audace dont il a fait preuve en menant de front deux carrières à la fois, décision qui tourne bien souvent au fiasco dans le milieu. Pourtant, c’est sans hésitation qu’il s’est lancé, fonçant tête baissée :

« Je pense que certaines personnes ont cru que je rappais parce que j’avais trop d’ego et que je voulais montrer que je savais jouer ET rapper. Mais c’est pas ça. Je sais que c’est stupide et que c’est une mauvaise idée de faire ça. Personne ne se dit ‘J’ai hâte que ce comédien devienne rappeur !’. (…) Mais je ne me suis jamais considéré comme un comédien. Je me vois juste comme un artiste qui essaie de faire quelque chose. C’est important de faire en sorte que les gens te voient comme tu te vois », a-t-il encore raconté à HardKnockTV.

Les plus dubitatifs auront sans doute fini d’être convaincus avec son excellente performance à Coachella en avril dernier, son set étant selon moi l’un des meilleurs de cette édition (parmi ceux que j’ai partagés avec vous, bien entendu). Et autant en profiter tant qu’il y en a encore puisque Childish a avoué dans dans MTV News First Date ne pas savoir s’il sera toujours rappeur dans 5 ans :

« J’espère continuer à réussir, à pouvoir faire ce que je veux. J’ai toujours voulu faire ce que je voulais, quand je voulais. Je ne m’attendais pas à faire quelque chose dans le rap. Je ne sais pas si je rapperai encore mais ce serait bien de pouvoir continuer à faire de la musique à un certain niveau. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Urbansoul 6753 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines