Magazine Cinéma

Breakfast Club

Publié le 23 mai 2012 par Olivier Walmacq

Breakfast Club

Genre: jamais des heures de colle n'avaient été aussi intéressantes !

Durée: 1h37.

Année: 1985.

L'histoire: 5 jeunes sont collés un samedi. On y retrouve un intello, un rebelle criminel sur les bords, une fille à papa, un sportif et une cinglée. Ces jeunes que tout opposait vont vite se découvrir des points communs et devenir amis...

La critique de Borat

John Hugues. Ce nom ne doit certainement pas vous dire grand chose, non ? Mais sachez qu'aux États Unis, il était et est encore le roi du teen movie.
Vous savez ce genre de films faits pour et avec des jeunes. Sauf qu'avec lui, on était loin de la vulgarité d'un American Pie ou d'un Supergrave. D'ailleurs ces derniers lui doivent beaucoup.

Sachez aussi que c'est de lui que vient le Maman, j'ai raté l'avion de Chris Columbus et a fait découvrir bons nombre d'acteurs comme Molly Ringwald (dit comme sa muse), Anthony Michael Hall (devenu depuis le méchant d'Edward aux mains d'argent et le héros de la regretté série Dead Zone) ou encore Matthew Broderick.
Hugues nous a quitté en 2009 et ses films commencent à revenir chez nous dont Breakfast Club dont je vais vous parler.

Tout commence avec Don't you forget about me de Simple Minds puis par une citation de David Bowie. On entre tout de suite dans le film et on se familiarise très vite aux personnages. Moi même encore adolescent (l'âge bête pour les intimes), je m'y retrouve. Pour cela, il faut reconnaître que Hugues a le chic de créer des personnages attachants et pas vraiment si différents que ça.
Ils vont évoluer durant cette journée jusqu'à devenir de vrais potes.

Michael Hall,Emilio Estevez, Ringwald, Ally Sheedy et Judd Nelson sont tout simplement excellents tout comme Paul Gleason en proviseur.
Jamais vulgaire et toujours tendre, ce film s'impose comme une référence absolue du teen movie et un véritable film culte.
Le film se finit comme il a commencé avec Simple Minds pour le meilleur et sous de meilleurs hospices.

Bien qu'il date de 1985, il n'a pas vieilli du tout. Un film culte à découvrir.

Note:17/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines