Magazine Cinéma

The Dead

Publié le 05 juin 2012 par Olivier Walmacq

dead

Genre: horreur (interdit aux - 12 ans) 
année: 2012
durée: 1h45

l'histoire: Un avion de l'armée américaine se crashe sur la côte africaine. Le lieutenant Brian Murphy, seul rescapé, tente de rejoindre une base militaire, mais  le trajet s'annonce difficile. Il devra faire face à des morts vivants et à une nature hostile. 

La critique d'Alice In Oliver:

Cela fait déjà un petit moment que le cinéma horrifique, et plus précisément, le genre zombies affamés de chair humaine, montre de sérieux signes d'essoufflement. En même temps, George Romero et consorts ont épuisé la formule jusqu'à la moëlle. Toutefois, les morts-vivants ont connu un certain renouveau via la parodie.
C'est le cas de Shaun of the Dead par exemple.

Avec The Dead, connu également sous le nom d'Apocalypse Noire, les réalisateurs, Howard et Jonathan Ford, n'ont pas vraiment pour ambition de renouveler le genre. Il suffit de lire le scénario pour s'en convaincre.
On retrouve les éléments inhérents du genre: un continent (en l'occurrence, l'Afrique) décimé par une étrange contamination, des morts qui se relèvent et massacrent les vivants sur leur passage, une armée dépassée et un pays appelé à mourir.
Dans ce monde apocalyptique, un mercenaire américain croise celui d’un déserteur de l’armée du Sierra Leone.

Le premier cherche un moyen de quitter le pays, l’autre fait route vers le nord, pour un camp de réfugiés où il espère retrouver son jeune fils.
De cette rencontre, va d’abord naître une alliance purement intéressée, qui va lentement se transformer en une véritable amitié.
Mais leur route ne sera pas si aisée. Le paysage africain est austère. Nos deux héros doivent affronter la soif, la chaleur, le manque de nourriture et les attaques régulières de zombies.

dead_2010_01

Vous l'avez donc compris: le scénario n'est pas très original et a déjà été exploité maintes fois via plusieurs productions du même genre.
Seule réelle nouveauté: l'action se déroule dans une Afrique décimée mais on comprend que la contamination a gagné le monde entier.
Quelles sont les origines de ce virus meurtrier ? Aucune réponse à ce sujet.

Paradoxalement, on se fout un peu des origines de cette contamination. Encore une fois, c'est le traitement opéré qui fait la différence.
Howard et Jonathan Ford parviennent à rendre leurs deux héros crédibles et attachants. Sans compter un voyage dangereux qui se transforme en long périple pour la survie. Les deux cinéastes en profitent pour multiplier les superbes paysages.
Ce qui dénote complètement avec l'ambiance du film.

dead_2010_03

Certes, comme je l'ai déjà souligné, les paysages sont magnifiques mais cette Afrique désertique se transforme rapidement en Antichambre de l'Enfer.
Howard et Jonathan Ford n'oublient pas non plus leurs références: on pense parfois à La Nuit des Morts-Vivants mais surtout à L'Enfer des Zombies, qui se déroulait sur une île ravagée par une étrange contamination, annonçant l'Apocalypse à venir.
Ensuite, malgré un budget limité, The Dead peut s'appuyer de très bons interprètes, des maquillages soignés et un rythme suffisamment enlevé pour que l'on ne s'ennuie jamais. Faute de devenir une référence du genre, The Dead peut se targuer d'appartenir aux meilleurs films de zombies de ces dernières années.
En résulte un long-métrage particulièrement attachant. Bref, une rareté à découvrir.

Note: 15/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines