Magazine Musique

Washed Out

Publié le 05 juin 2012 par Misterblog

Washed Out Photos du concert ICI

4 Juin 2012, Cabaret Aléatoire.

Pour la dernière soirée de sa première (et on l’espère pas dernière) édition, on ne pourra pas blâmer le festival Find Out d’avoir joué la facilité.

C’est déjà difficile d’imaginer que beaucoup de Marseillais écoutent de la Chillwave mais espère du monde pour un groupe somme toute peu connu un lundi relevait de la douce utopie.

Sans surprise, nous devons être une trentaine à tout casser à apprécier diversement le set du Lyonnais Pyramid.
Des sélections electro house qui me sont pour la plupart inconnues, tout juste reconnu un titre de Nina Kraviz et un remix du “Paradise Circus” de Massive Attack.

Markovo prend la suite pas dans sa version groupe mais en mode platines, on décroche assez rapidement de ses BPM frénétiques qu’il aurait été à mon goût plus judicieux de programmer en after.

La soirée peine un peu à décoller mais l’attente en vaudra la chandelle avec le live de Washed Out.

Seul maître à bord sur disque, Ernest Greene est en concert accompagné d’un groupe comprenant une chanteuse, un bassiste et un batteur.

Et quasi chaque membre utilise un clavier ou sampler, on s’en serait douté à l’écoute du EP “Life of leisure” (2010) et de l’album “Within and without” sorti l’an dernier.

Comment décrire leur genre sans user et abuser de métaphores fumeuses du genre “BO lascive de film imaginaire qui reste à tourner” ?

Les shoegazeurs avaient leur mur de guitares, Washed Out un écran total de synthés lancinants derrière lequel on entend des chants mélancoliques, en retrait mais pas totalement noyés.

Un trip d’où peu de titres(“Amor fati”, “Feel it all around”, “Eyes be closed”…) se dégagent vraiment, comme leurs disques qui s’apprécient davantage d’une traite, à contrepied de l’ère du shuffle.

Les titres se suivent et se ressemblent à peu près à quelques variations près mais la rythmique s’avère au final assez hypnotique.

A défaut d’être totalement passionant le concert, sans temps mort, laisse un bon souvenir et ravit une bonne partie du public qui s’est nonchalament déhanché tout au long du concert.

Curieux de voir comment ils évolueront par la suite et ce que donnent d’autres groupes du même style (Neon Indian, Toro Y Moi…), dans un contexte plus favorable que cette soirée qui aurait mérité une toute autre exposition.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misterblog 1340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines