Magazine Culture

Cadavre exquis - Pénélope BAGIEU

Par Liliba

Cadavre exquis Pénélope Bagieu lecture de Liliba

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai découvert les dessins de Pénélope Bagieu sur son délicieux blog Ma vie est tout à fait fascinante, séduite par l’humour de l’auteur, son trait de crayon simple mais extrêmement expressif et les situations décrites, condensé d’anecdotes de vie quotidienne croquées sur le vif, ressemblant souvent fort à ma propre vie.

J’avais beaucoup aimé Joséphine, son premier album, dans lequel j’ai retrouvé un humour qui souvent me fait éclater de rire en pleine lecture, et je l’ai d’ailleurs offert à plus d’une amie.

Mon avis sur Cadavre exquis est beaucoup plus mitigé. On retrouve bien sûr la plume de l’auteur et son style de dessin, mais j’ai trouvé cette histoire (la première histoire complète que nous livre P. Bagieu) beaucoup moins amusante que les tranches de vie auxquelles elle nous a habitués, et même un peu déprimante.

Cadavre exquis

Il est vrai que la vie de Zoé est tout sauf fascinante. Elle travaille comme hôtesse d’accueil et passe du salon de l’auto à des présentations où elle doit se déguiser en fromage et déteste son travail, ainsi que le fait de se faire pincer les fesses ou draguer par le premier quidam venu. Coté perso, rien de très folichon non plus. Son mec est un immonde type poilu et ventru, vulgaire à souhait, sans boulot et passant son temps à se gratter les parties en regardant la télé… hum, ça ne fait pas vraiment envie, n’est-ce pas ?

cadavres exquis 3

Alors Zoé rêve d’un homme, un vrai, un qui soit romantique et gentil et l’aime vraiment… Elle croit avoir trouvé la perle rare en Thomas Rocher, écrivain très connu, mais dont elle n’a jamais entendu parler. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que les écrivains, et surtout ceux dont la plume est en panne, ont un égo surdimensionné et qu’ils ne font attention en fait qu’à leur seule petite personne…

cadavres exquis 2

L’ensemble de la BD ne n’a pas vraiment fait rire, et j’ai même trouvé quelques passages peu crédibles, voire vraiment étranges (elle sonne chez l’écrivain qu’elle a juste aperçu caché derrière ses rideaux, avec l’excuse qu’elle veut faire pipi, et elle laisse la porte ouverte pour continuer à discuter…). Le personnage de Zoé parait vraiment nunuche, elle est totalement inculte et souvent pleurnicharde, et je la trouve peu attachante.

http://www.bodoi.info/wp-content/images/S1017/bagieu_thomas.jpg

J’ai cependant beaucoup aimé certains passages, comme le moment où Zoé entre pour la première fois dans une librairie, qui est totalement croustillant, même si la pauvre fille passe pour une andouille… et la fin, bien sûr, qui est amusante. J’ai surtout adoré la description de l’auteur et de ses angoisses existentielles. Il ne comprend pas qu’on ne puisse pas le reconnaître, lui, le grand auteur de best-sellers, il souffre terriblement du syndrome de la page blanche, se laisse aller (pas sexy pour deux sous lui non plus !), déprime complètement jusqu’à ce qu’il se rende compte que la jeune et innocente jeune fille lui redonne l’inspiration par sa présence. Donc, voilà vite la question : l’aime-t-il ou bien entame-t-il une relation avec elle juste par intérêt ?

Je ne vous en dirai pas plus… à vous de lire !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Liliba 2705 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines