Magazine Cinéma

Quatre mariages et un enterrement

Publié le 12 juin 2012 par Olivier Walmacq

Charles est un looser en amour souvent garçon d'honneur de mariages. Dans l'un d'eux, il rencontrera la belle Carrie, américaine allant se marrier et dont il tombe fou amoureux...

Affiche de 'Quatre mariages et un enterrement'

La critique mariée de Borat

Richard Curtis a longtemps été scénariste à succès avant de signer Love Actually (une des rares comédie-romantiques que je supporte) et surtout le rock'n rollesque Good Morning England.
Beaucoup se souviennent encore trop de Coup de foudre à Notting Hill et de l'irresistible Bridget Jones. Mais le film dont on se rappelle le plus en tant que scénariste, c'est Quatre mariages et un enterrement de Mike Newell (que l'on connaît également pour Donnie Brasco, La coupe de feu ou encore Prince of Persia... cherchez l'erreur).
Pour cela, on retrouve un beau casting avec Hugh Grant (ce sera le film qui lancera définitivement sa carrière et aussi un flot de nanas à ses pieds), Andie MacDowell (dont c'est un des derniers films notables), James Fleet, John Hannah (il y a une vie avant La Momie), Kristin Scott Thomas, Simon Callow et Rowan Atkinson. Sorti en l'an 1994 (ce qui a du bon, au vue de l'âge de votre interlocuteur), le film fera un carton partout, ce qui donnera un certain retour de la comédie anglaise.
Tout une vague de films se fera grâce à celui-ci et notamment des mêmes auteurs (Curtis est sur la plupart). Sans compter, la chanson de Wet Wet Wet Love is all around qui est assez identifiable à ce film. D'ailleurs, le morceau sera parodié par Curtis et Bill Nighy dans Love Actually.

Hugh Grant, Charlotte Coleman dans Quatre mariages et un enterrement

Newell et Curtis ont le mérite de mettre en scène une belle brochette de personnage à commencer par Charles. Le rôle de Grant n'est pas élogieux puisqu'il s'agit d'un mec toujours en retard (le seul jour où il sera en avance, ce sera lors de son mariage!), looser en amoureux (on parle d'une dizaine de conquêtes et pas les meilleures) et qui oublie tout. Ce qui donnera la séquence hilarante du premier mariage où il oubliera les bagues des mariés.
Il demande alors à son ami Matthew de chercher des bagues, ce qui donnera une bague avec un énorme coeur multicolore et une avec une tête de mort !
Magnifique pour un mariage il n'y a pas à dire. Néanmoins, il finit par rencontrer Carrie (pas celle qui va au bal du diable), une belle américaine qui va bientôt se marier et faisant partie des invités. L'occasion pour lui d'emballer, ce qui arrivera mais allant se marier, elle ne peut rester avec lui.
Et un mariage passe (particulièrement olé olé) et celui de Carrie et puis un évènement tragique. L'enterrement en question. Souvent ce genre d'événement arrive après un bonheur et j'en sais quelque chose pour avoir vécu ce genre de situations autrefois.

Rowan Atkinson dans Quatre mariages et un enterrement

Comme vous le savais tous dorénavant, je ne suis pas du genre à m'emballer sur les comédie-romantiques qui sont souvent chiches en gags et bourrative par la guimauve.
Pourtant là, cela fonctionne en grande partie à cause des dialogues particulièrement percutants par moments, typiquement anglais diront certains (rappelons que l'Angleterre est la patrie des Monty Pythons et des studios Aardman) mais terriblement efficace.
Un humour que j'affectionne particulièrement. Au hasard on citera quelques répliques vraiment bien senties: (une des anciennes conquêtes de Hugh Grant) "Je croyais que U2 était un modèle de sous-marin !", (Grant après une conversation houleuse) "Tu te rappelle de la scène de la douche dans Psychose ? Et bien c'était pire!" et enfin ma préfèrée "Culbuter c'est comme le ping pong sauf que la balle est plus petite !". Et le pire c'est qu'elle sort d'une femme !
Outre Grant qui s'avère particulièrement amusant en looser transi d'amour, MacDowell et Scott Thomas en équivalents féminins sont mémorables aussi et Hannah en homosexuel touchant. Quant à Atkinson, en une scène, il est à se pisser dessus en prêtre totalement à côté de la plaque et ayant probablement trop bu de vin de messe avant la cérémonie.

Hugh Grant dans Quatre mariages et un enterrement

Une comédie romantique souvent jouissive et ridiculisant les mariages à outrance.

Note: 17.5/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines