Magazine Culture

[évenements] Le retour de la collection Orphée / La Différence

Par Florence Trocmé

Tous les amateurs de poésie et singulièrement ceux qui ont un petit budget connaissent la collection Orphée / La Différence. Connaissaient, aurait-on pu dire tant les derniers exemplaires encore disponibles chez les soldeurs disparaissant petit à petit, il semblait que cette collection mythique allait sombrer corps et biens. 
Eh bien, non. Très belle nouvelle de ce printemps, Orphée revient de nouveau des Enfers. 
 
Prokosch« Ces voix que la poésie fait résonner dans toutes les langues du monde, depuis l’origine des temps, sont plus que jamais indispensables : elles sont le versant occulté de la mondialisation. La poésie est la première parole. Mythes, épopées, oracles, voix des mystères et des mystiques, puis de l’amour, de l’indignation, de la révolte, de l’espoir ou de l’humour, de la vie quotidienne et de la solitude. Introuvables ou retraduites, classiques ou contemporaines, familières ou méconnues, ce sont ces voix innombrables que la collection Orphée souhaite faire entendre parce que plus que jamais elles sont nôtres. » 
 
Dirigée par Claude Michel Cluny, cette collection de poésie de poche, bilingue quelle que soit la langue étrangère, avait vu le jour en 1989. 
Forcées de l’interrompre en 1998 pour des raisons financières (trop de stock chez l’éditeur et pas assez chez les libraires), les Éditions de la Différence ne se résignent pas à la pilonner, elles la soldent. Orphée continuait donc  de vivre sa vie sur le « second marché. » 
Les Éditions de la Différence ont décidé de la faire revivre. Elles ont racheté le stock restant, elles rééditent les titres épuisés et poursuivent l’aventure. Les volumes anciens et nouveaux seront proposés à 5 € pour les volumes simples et à 7 € pour les volumes doubles. Une nouvelle tête d’Orphée dessinée par Milos Sobaïc figurera sur les couvertures après celles d’Arman et de Júlio Pomar.  
 
lire ce bel article de Bruno de Cessole 

BernhardtParmi les nouveautés et rééditions parus en mai 
Frederic Prokosch, Ulysse brûlé par le soleil, traduit de l’anglais par Michel Bulteau, bilingue, 5€  
Thomas Bernhard, Sur la terre comme en enfer, traduit de l’allemand (Autriche) par Susanne Hommel, bilingue, 5€ 
Anna de Noailles, L’Offrande, choix et présentation par Philippe Giraudon, réédition, 5€ 
Federico Garcia Lorca, La Désillusion du monde, traduit de l’espagnol et préfacé par Yves Véquaud, réédition, 5€ 
Adonis, Chronique des branches, traduit de l’arabe par Anne Wade Minkowski et présenté par Jacques Lacarrière, bilingue, réédition, 5€ 
 
En savoir plus, sur le site de l’éditeur, où l’on peut notamment trouver le catalogue complet de la collection.  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines