Magazine Entreprise

ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe

Publié le 14 juin 2012 par Tulipe2009
ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe La crise de la presse pénalise les reporters d’images, dont le métier comporte des frais logistiques importants. 
Ils ont fini pour nombre d’entre eux à se tourner vers les grandes ONG. Ces dernières exploitent leurs photos pour tirer la sonnette d’alarme sur certaines catastrophes, déclencher des prises de conscience et, en général, espérer dans la foulée lever des fonds à court ou moyen terme.  Elles montrent le problème et suggèrent la solution. En faisant connaître un conflit, l’ONG peut aussi viser à améliorer sa sécurité et pérenniser sa mission. 
Le photojournalisme tente de s’adapter à un environnement mouvant, avec la montée d’Internet (multiplication des internautes citoyens, possibilité de web-documentaires) où tout est gratuit, mais aussi à la question des retouches (Photoshop), qui agite la profession. 
La dépendance des photojournalistes vis-à-vis des ONG fait aussi débat. Leur collaboration génère dans certains cas une série de problèmes : perte de liberté, qualité artistique inférieure, des contrats trop contraignants, etc. On reproche parfois au secteur associatif d’instrumentaliser le photographe, en général freelance, de la même manière que dans certains partenariats ONG/entreprise, on dit que l’ONG a perdu son âme ou qu’elle est réduite au statut de simple prestataire de services. 
Dans ce contexte, les médias seraient assez passifs, faute de moyens financiers et d’une gestion à court terme. Soucieux de l’impératif d’immédiateté de l’information, les médias sont aux abonnés absents sur des sujets plus difficiles à traiter, voire loin des pays riches. De plus, les services communication des ONG qui travaillent avec des photojournalistes n’hésitent pas à fournir gracieusement certains cliches à la presse. Quant à la commande publique, qui peut permettre de financer des sujets peu vendeurs, la question de la dette risque de peser.


Néanmoins, la photo ne devrait pas disparaître. Plus qu’un grand discours, une bonne photo parle d’elle-même. Plus réaliste et plus brutal que le graphisme, le photojournalisme permet de mettre en scène des situations d'urgence et de susciter des émotions. Certaines photos restent encore dans les mémoires, même 40 ans après.


Comme le cliché, baptisé "Napalm Girl", qui est devenu une icône outre-Atlantique. Pris le 8 juin 1972, il a valu au photographe vietnamien Nick Ut Cong Huynh, aussi connu sous le nom de Huỳnh Công, de l’Associated Press, le World Press Photo en 1972 et le Pulitzer Prize l’année suivante.


La victime est tombée inconsciente quelques instants après la prise de la photo. Nick Ut l'a conduit à l'hôpital. Un tiers de son corps avait été brûlé. Un journaliste anglais a obtenu qu'elle soit transférée à l'hôpital américain de Saigon. Elle en est sortie 13 mois plus tard après une série d’interventions chirurgicales.
ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe
Le photographe et la fillette, Kim Phúc, sont restés en relation. A la suite d'une vie incroyable, elle a même été nommée Ambassadrice de Bonne Volonté  pour les victimes de la guerre de l'UNESCO en 1997. Elle a aujourd’hui 42 ans et vit au Canada, où elle a créé la Kim Foundation.
De même, le photographe sud-africain Kevin Carter a immortalisé en 1993 un enfant affamé guetté par un vautour au Soudan. Une photo publiée par le New York Times qui lui a valu le Prix Pulitzer en 1994. Ce cliché très critiqué, pour absence de secours, l’aurait selon une légende urbaine conduit peu de temps après au suicide. 


ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe



Une photo pouvant faire basculer l’opinion publique, les ONG se sont aussi saisies de cet outil. En 1984 et en 1985, le Sahel a subi une sécheresse inouïe. Dans certaines régions, au Tchad ou en Ethiopie, la guerre sévissait. A cause ou à la faveur de la sécheresse, il s’en est suivi un vaste exode. Sebastião Salgado y a passé plusieurs mois pour photographier la catastrophe au Mali, au Tchad, en Ethiopie, au Soudan et en Erythrée. Il a travaillé avec les équipes de Médecins sans Frontières. Ses clichés ont atteint leur but, car ils ont fait le tour du monde.
Pionnier à l’époque, ce type de collaboration pionnière a pris de l’ampleur. En effet, selon Jean-François Leroy, le directeur de Visa pour l’image, environ 75% des reportages sur des situations humanitaires sont commandés par des ONG.


La collaboration va du partenariat à la commande. 
  • Dans le premier cas, l’ONG fournit au photographe un soutien logistique (prêt d’un véhicule, mise à disposition de contacts, accompagnement dans certaines zones). L’association permet au photographe d’ouvrir des portes, comme dans les prisons, où il est difficile de pénétrer avec un appareil en bandoulière. En contrepartie, au-delà de son travail personnel, le photojournaliste peut couvrir un thème utile à l’ONG. Il peut aussi céder les droits de certains clichés.
  • Dans le cadre d’une commande, la vision personnelle du journaliste est mise entre parenthèse. Il intervient comme un pur prestataire. 
Interrogé par Youphil en septembre 2010, Frédéric Sautereau, qui est lui-même est parti sur le terrain en République centrafricaine avec Première Urgence, témoigne : "Il y a trente ans, les photographes partaient pour couvrir une crise pour un magazine et offraient parfois quelques photos à des ONG. Aujourd’hui, ils partent grâce aux ONG et espèrent une publication dans la presse." 
"Il est de plus en plus difficile aujourd’hui de travailler pour un seul support. Souvent les photographes ont deux ou trois commanditaires; parmi eux des médias, des ONG ou des agences des Nations Unies". 

Une relation déséquilibrée ?
Certains photojournalistes estiment que le rapport de force avec les ONG est inégal, en raison même de la raréfaction des donneurs d’ordre.
 L'ONG Amnesty International avait demandé à 5 photographes (réunis au sein de l’agence l’Œil Public) de raconter le quotidien des plus pauvres dans cinq pays, qui a donné lieu à l’exposition Dignité en mai 2010 à Paris. Néanmoins, cette agence n’a pas résisté à la crise et aux coûts de structure.
ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe
Lors du 22ème Visa pour l’image, un photojournaliste britannique, qui ne souhaitait pas être cité pour ne pas froisser ses nouveaux employeurs, a déclaré à l’AFP "Nous faisons aujourd'hui ce que nous refusions de faire il y a 15 ans".
Pour Mike Fox, photojournaliste freelance basé à San Francisco, qui a notamment travaillé pour Care International et Greenpeace, mais aussi pour de moins grandes ONG (DC Central Kitchen) il faut montrer patte blanche, car les ONG sont assaillies de demandes de collaboration. Heber Vega, un photographe chilien qui vit au Nord de l’Irak, estime pour sa part que les photographes, qui ont déjà abordé des questions sociales, sont plus aptes à comprendre les besoins de l’ONG.


Pour Mike Fox, "il faut être capable de les convaincre sur ses vraies motivations. Car souvent les ONG ont l’impression (ce qui est souvent le cas selon Mike Fox) que la collaboration profite plus au photojournaliste qu’à l’ONG. Et, si vous ne vous appelez pas James Nachtwey, les associations ont tendance à vous imposer des règles et de nombreuses restrictions dans l’exercice de la mission. » 
Les photos de guerre saisissantes de James Nachtwey  


Etre force de proposition 


Heber Vega a constaté que les plus petites associations ne savent pas toujours très bien quoi attendre des photos. Il reconnait à son métier la capacité à apporter de la valeur ajoutée, sous forme de conseils à l’association, à condition qu’elle écoute le photojournaliste…
« Les erreurs de communication, la mauvaise compréhension de ce qui est attendu du boulot, un budget limité, et aucunes indications artistiques de la part de l’ONG sur le shoot sont les aspects négatifs les plus fréquents. 
Les expériences positives pour les photographes ne proviennent pas des photos en elles-mêmes, mais de la possibilité de comprendre les besoins des ONG. Et de leur proposer des conseils sur la manière d’utiliser les images et d’autres recommandations utiles. Ils deviennent dès lors consultants et non plus seulement photographes. 
Ils partagent alors pleinement leurs connaissances et leurs capacités artistiques dans la mission.» 
Des entreprises plus souples que les ONG 


Pour réduire sa dépendance aux ONG tout en gardant accès aux bons sujets, Mike Fox s’est tourné vers les entreprises soucieuses de RSE ou mécènes, comme Motorola ou Glaxo, qu’il appelle NGO suppliers. 


Ces firmes consacrent du temps ou de l’argent à des causes humanitaires. Elles peuvent fournir de la nourriture, des médicaments, des tentes, du matériel de communication ou encore jouer de leur influence politique. Et, elles cherchent à faire savoir l’impact sur le terrain de leur travail avec le monde associatif. Photographier les bénéficiaires des subsides d’une grande firme revient aussi à couvrir l’intervention de l’ONG partenaire, pivot de la mission. 


Mais, dans ce cas, pour Mike Fox, le travail est souvent plus libre, plus créatif, avec un budget plus significatif. La seule chose que souhaite l’entreprise donneuse d’ordre est de montrer ses produits ou ses services avec un angle positif. Et, dans bien des cas, l’ONG, qui n’est pas donneuse d’ordre, laisse carte blanche au photographe, payé par l’entreprise, pour prendre tous les clichés qu’il souhaite. 


Des photos qui dérangent 


Encore aujourd’hui, le photojournaliste peut aussi se retrouver entre deux feux, notamment dans les zones de conflit. 


Une exposition de Frédéric Sautereau, intitulée « Hamas », qui était programmé en avril à Angoulême, a suscité la polémique. Elle était organisée par l'association Charente Palestine Solidarité. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a demandé son annulation, car selon lui cet évènement faisait « l’apologie du terrorisme ». 


Pourtant, le volet Hamas a été plusieurs fois récompensé et circule depuis 3 ans sans faire de vague. Pour ce témoin du conflit israélo-palestinien, questionné par la Charente Libre «Je suis journaliste, je raconte ce que je vois en toute honnêteté ». Le reporter réfute tout parti pris. 


ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe



Les photos peuvent aussi bien être un caillou dans la chaussure qu’un vecteur de propagande.
  • Des enregistrements ont révélé récemment que le président Richard Nixon s’était interrogé à l’époque avec son aide de camp pour savoir si la photo de la jeune vietnamienne brûlée n’avait pas été truquée.
  • Clint Eastwood dans son film « Flags of our Fathers » sorti en 2006 s’est attaqué lui aussi à une photo mythique, celle d’un groupe d’hommes entourant la bannière étoilée, symbolisant la victoire des Etats-Unis à l’issue de la bataille d’Iwo Jima. Le réalisateur met en relief 3 soldats photographes embarqués dans une campagne de collecte de fonds, car les caisses vides de l'État fédéral sont vides pour continuer l'effort de guerre. 
 Photos de presse : la crise de l'image vue par des photojournalistes. Revue Media2.
Aller voir le site 


Pour aller plus loin : 


Le Festival Photo Peuples et Nature de La Gacilly se termine le 30/09/2012 http://www.photographie.com/event/la-gacilly-un-festival-photo-peuples-et-nature
ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe  Festival international de photojournalisme. Perpignan. Du 1er au 15 septembre 2012.  http://www.visapourlimage.com/index.do Youphil . 
ONG et photojournalistes entretiennent une relation complexe
 Les ONG, nouveaux employeurs des photojournalistes par Solène Cordier. 10/09/2010 

Les conseils d’Heber Vega. Avril 2011.
http://www.hebervega.com/2011/04/28/questions-about-photographers-working-for-ngos/ 

la double approche de Mike Fox  http://rising.blackstar.com/how-to-work-with-ngos-two-approaches.html 

MSF 
MSF et l’agence de photographie américaine VII se sont associés dans le cadre de « Starved for Attention », une campagne visant à «réécrire l'histoire de la malnutrition» au moyen d'une série de documentaires multimédias mêlant indifféremment photographies et vidéos. Avec de grandes signatures. Au final, cette collaboration a permis de saisir des destins individuels touchés par la malnutrition, du Bangladesh aux États-Unis, en passant par le Burkina Faso, la République démocratique du Congo, l’Inde, Djibouti et le Mexique. 
http://www.starvedforattention.org/ 

Sur le travail de Sebastião Salgado : 
Le livre Sahel, l’homme en détresse, publié par Prisma Presse en 1986 a été vendu au profit de MSF en France. En 1988, un autre livre Sahel – El fin del camino, est publié par la Comunidad de Madrid, au profit de MSF, Espagne. Un autre livre fut publié en 2004 par University of California Press aux Etats-Unis, Sahel, The End of the Road

Media 2 
http://medias2.revue-medias.com/event/102/la-fabrique-de-l-information/photos-de-presse--la-crise-de-l-image-vue-par-des-photojournalistes France 24. 

Perpignan. Du photojournalisme au web-documentaire ? 
http://www.france24.com/fr/20110906-visa-pour-l'image-photojournalisme-perpignan-23-printemps-arabe-japon-irak-web-documentaire-louise-dupont-fr-culture 

Youphil : Croix-Rouge : 150 ans en images
 http://www.youphil.com/fr/article/0639-croix-rouge-150-ans-en-images?ypcli=ano Arrêt sur images février 2011. 

La vérité sur la photo du vautour et de l'enfant, une enquête d’El Mundo http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=10436 

Un autre débat

Sur l’absurdité des canons de la beauté. 
Il faut revenir aux mannequins plantureuses, selon Vogue. 
Le témoignage d’Emmanuelle Alt, 2.06.2012 
http://www.liberation.fr/depeches/2012/06/02/il-faut-revenir-aux-mannequins-plantureuses-selon-vogue_823153 

 Paco Elvira : le photojournalisme après la mort de Franco

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tulipe2009 204 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine