Magazine Culture

18 juin / Tête explosée

Par Blackout @blackoutedition
18 juin La loose - Tête explosée Damien était un gamin sensible. Les coups ne semblaient pas l'affecter outre mesure, mais le fait d'être incompris, si. Ne pouvant rien faire ouvertement pour le défendre, sous la menace du canif, nous avions tacitement convenu d'un code : je lui faisais passer des mots d'encouragement au travers des annotations de ses copies. Un jour où il avait eu son compte de gnons, sa ration d'insultes, il reçut sa double feuille, brillante, de dissertation, munie d'une demi-page de mots que j'espérais de consolation, il me sourit ce qui faillit déclencher une émeute dans la classe. Ce jour-là, il manquait Jones. Il manqua, si je puis m'exprimer ainsi, définitivement car on le retrouva dans un taillis, la tête explosée par une batte de baseball, retrouvée sur les lieux… Pas la mienne. Me revint alors en mémoire le sourire tremblant de Damien. Et si ?... Mais je me gardais bien de divulguer ce sentiment complice. Et je revis l'inspecteur plus tôt que prévu. Il commença à me parler de mon fils, et me délivra ce que je savais déjà : c'était un garçon pervers et fainéant, mais pas au point d'assassiner un inconnu. J'attendis que ce fût mon tour. Donc, c'était la raison pour laquelle il m'avait convoqué seul cette fois-ci. Devais-je en conclure qu'il innocentait mon lardon, mais que des soupçons pesaient sur moi ? Pas d'alibi, un mobile, mais pas d'empreinte ce coup-ci sur la batte. Achetée neuve dans un magasin de sport en zone industrielle. - Vous êtes intelligent, moi aussi. Je vais donc être direct avec vous. Si vous êtes l'auteur du deuxième meurtre, vous avez tout intérêt à l'avouer de suite… - Faute avouée… - Je vous trouverai de fortes circonstances atténuantes, ayant passé une heure dans la classe avec vos marmots, on peut comprendre que vos nerfs aient lâché. Par contre, si vous continuez à nier, plus je mettrai de temps à vous démasquer, plus vous banquerez. Et sachez que lorsque je tiens ma proie je ne la lâche pas, ce n'est pas pour rien que l'on me surnomme "le chien des Baskerville"… Et pas uniquement à cause de ma couleur… - Et si par extraordinaire je n'étais pour rien dans ces deux affaires qui se ressemblent, vous en conviendrez, comme deux jumelles, que pensez-vous de la présomption d'innocence ? - J'en pense que je me donne les vingt-quatre heures légales pour réfléchir… Donc je restai enfermé en garde à vue, ce qui dut, je pense, faire jouir mon fils et les gnards de mon école. A suivre... demain !

Tweeter

Suivre @blackoutedition

© Black-out


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blackout 292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines