Magazine Cinéma

The Ward

Publié le 18 juin 2012 par Olivier Walmacq

Ward-110523

genre: horreur, épouvante (interdit aux - 12 ans)
année: 2011
durée: 1h25

l'histoire: En 1966, Kristen, une jeune femme, se retrouve enfermée dans un hôpital psychiatrique de l'Oregon, après avoir été retrouvée près d'une ferme abandonnée qu'elle venait d'incendier. Très vite, les pensionnaires de l'hôpital sont victimes de mystérieuses disparitions. Kristen se retrouve alors confrontée à un mauvais esprit.

la critique d'Alice In Oliver:

Cela faisait un petit moment que l'on n'avait plus entendu parler de Big John, donc, de John Carpenter. Après l'échec de Ghosts of Mars, le cinéaste décide faire une longue pause. Probablement écoeuré par le système hollywoodien, John Carpenter a connu un parcours chaotique, avec parfois des succès mais aussi quelques échecs cuisants (Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin et The Thing) et souvent immérités.

Certes, Big John n'a pas signé que des chefs d'oeuvres mais ce dernier reste tout de même un réalisateur important et terriblement attachant.
Preuve en est avec les remakes et/ou préquels sortis dernièrement, The Thing (version 2011), The Fog, Assaut sur le central 13 ou encore Halloween (2007).
L'air de rien, John Carpenter a influencé toute une génération de cinéastes.

ward-filles

C'est donc avec plaisir que l'on retrouve John Carpenter après 10 ans d'absence, avec The Ward, connu également sous le nom de L'Hôpital de la Terreur, et sorti en 2011. Le film sera présenté à plusieurs festivals et fera une brève incursion dans les salles de cinéma aux Etats-Unis. Mais The Ward sera condamné à un direct to dvd en France. Au niveau du casting, le film réunit Amber Heard, Mamie Gummer, Danielle Panabaker, Lyndsy Fonseca et Jared Harris.

Evidemment, John Carpenter est attendu au tournant. The Ward sera-t-il à la hauteur des espérances ? Hélas, le film déçoit sur de nombreux points.
Non, The Ward ne signe pas le grand retour de Big John derrière la caméra. Pourtant, la touche de John Carpenter est immédiatement identifiable via plusieurs séquences en plongée/contre plongée. Mais c'est plutôt le scénario du film qui déçoit sérieusement. Attention, SPOILERS !

ward

Kristen (Amber Heard) se retrouve enfermée dans un hôpital psychiatrique. Elle fait alors la connaissance de quelques patientes.
Mais très vite, certaines disparaissent dans des conditions étranges. Un fantôme semble hanter les lieux et s'en prendre aux pensionnaires.
Kristen mène alors sa petite enquête. Le spectre en présence n'est autre que le fantôme d'une ancienne patiente en quête de vengeance.

Difficile d'en dire davantage sur les clés du scénario en sachant que l'intérêt de The Ward repose en grande partie sur sa révélation finale.
Sur ce dernier point, le film vient renifler du côté de Shutter Island, réalisé par Martin Scorsese. Par là, comprenez que la conclusion du film est franchement décevante et plutôt ridicule. En vérité, The Ward doit beaucoup à la mise en scène nerveuse de Big John, très en forme pour l'occasion.
Pour le reste, pas grand chose à retenir. Heureusement, le film ne dure pas tès longtemps, soit à peine une heure et 27 minutes de bobine.
Nul doute que The Ward ne restera pas très longtemps dans les esprits.

Note: 08/20

 
The ward Bande annonce française


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines