Magazine Culture

Un Tesco Metro vient d’ouvrir à Whitechapel

Publié le 18 juin 2012 par Sukie

Vous savez ce que je me suis mise à penser? Est-ce que je ne suis pas trop vieille pour toutes ces conneries. Un instant je me dis qu’est ce que je fous ici? Puis la seconde d’après, je me souviens que je l’ai décidé, qu’on l’a décidé. Un matin, une mouche vous pique et vous pensez à quitter le pays. Je ne pense pas qu’il y ait un âge idéal pour se barrer comme ça du jour au lendemain. Ça ne m’empêche pas de penser que j’ai raté l’occasion il y a six ans. Qu’au lieu de faire une dépression, j’aurais dû prendre un billet et prendre une claque à ce moment là. Mais comme chacun sait, le problème avec la dépression, c’est que ça vous rend léthargique.

Maintenant que j’ai fait le voyage, je me demande si ce n’est pas lui qui va me défaire. (en référence à la citation de Nicolas Bouvier)
Est-ce un caprice que d’avoir voulu partir? Pendant plus de 27 ans que j’ai ressassé cette impression de n’avoir jamais vraiment vécu. Mais ça veut dire quoi vivre vraiment?
Est-ce que vous aussi, vous avez un jour pensé faire quelque chose qui vous permettrait de crever sans regret?
J’aurais peut-être du faire du saut à l’élastique à la place?
Mais non, mon truc c’était le voyage. Je ne pouvais pas vivre sans m’éloigner un jour de tout ce(ux) que j’aime, de ce que j’ai toujours connu. Rester comme ça, dans un train-train était devenu insupportable. C’était pire que tout. C’était comme vivre dans une boîte sans trou.
Regardez, dans ma famille, tout le monde a voyagé. Enfin, si on peut considérer l’exil comme un voyage. Oui c’est un très long voyage.
Et moi, j’avais le cul posé sur une chaise. D’un coup, là, tout de suite, tous les chagrins d’amour ressemblent à du pipi de chat.
Si tu as les couilles de partir, tu dois avoir les couilles d’assumer.
Y a des matins où je me réveille et je me dis que ça va aller, que ça ne fait que trois semaines. Et les jours défilent et la vie me défie. Et je n’ai pas peur, peut-être un peu. Et parfois, oui, je me dis, c’est ça la vraie vie. C’est sauter de joie quand un supermarché ouvre à 5 minutes de chez toi.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sukie 1316 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine