Magazine Culture

Les anneaux de Saturne

Publié le 25 juin 2012 par Onceuponamarque @onceuponamarque

 Once upon… Cartier.

 

Les anneaux de Saturne
Oui, on le sait, l’Odyssée de Cartier c’est de l’histoire ancienne maintenant (bien que le film publicitaire soit primé à Cannes)…

 Mais Cartier était, est et sera toujours d’actualité.

 COMPRIS ?

 Comme chacun le sait, cette maison de prestige est porteuse d’histoires et d’Histoire riches, emblématiques ainsi que d’un imaginaire puissant bien souvent représenté par un bestiaire à faire  pâlir d’envie Rudyard Kipling et son Livre de la jungle.

 Bagheera ne porte pas de saphirs, elle.

 S’attarder réellement sur l’histoire de Cartier nous prendrait des mois et beaucoup d’argent (test produits).

 Lecteurs, restreignons-nous et concentrons-nous sur l’objet icônique du joaillier, THE objet : la bague Trinity.

 Pour ceux à qui cela n’évoquerait rien, les garçons, voici l’oeuvre :

Les anneaux de Saturne

 Pourquoi cette bague ? Car, outre son succès – il en a été vendu plus d’un million– elle porte avec elle des mondes. En effet,  celle que les Anglais appelle la « Rolling Ring »  aurait de multiples significations.

 Pour beaucoup, elle signifie la Trinité chrétienne, soit le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Et ça, ce n’est pas rien, on est d’accord. Pour d’autres, l’or jaune symboliserait la Fidélité, l’or blanc l’Amitié et l’or rouge (rose en réalité) l’Amour. Pour d’autres, encore, elle représenterait le chiffre trois de la psychologie jungienne, symbole de la Masculinité.

 Ce qui nous amène, tout naturellement, à la réelle anecdote à l’origine de cette bague et qui concerne… les hommes.

 Mais pas n’importe lesquels. Jean Cocteau et son amant.

 En effet,  cette bague a été dessinée par Jean Cocteau lui-même puis commandée en 1924 au bijoutier Louis Cartier, rencontré par l’écrivain dans un hôpital militaire durant la Guerre, comme gage et déclaration d’amour pour son compagnon de l’époque, Raymond Radiguet. Il se raconte que l’auteur aimait en porter deux de ce modèle à l’auriculaire et qu’il lançât là une mode chez les hommes qui aimaient les hommes de l’époque. Cette tendance se perdît peu à peu pour ne faire du bijou que la simple preuve de l’amour et de l’engagement par excellence.

 Certains s’aventurent encore plus loin dans la construction du mythe de l’alliance précieuse. En effet, le design de celle-ci s’approcherait de très près des alliances traditionnelles russes, les « Russian Rings ». Alors, serait-ce un hasard que l’artiste ait commandé une pareille bague tandis qu’il entretenait également une relation avec la Princesse Russe Natalia Paley ?  La bague aurait-elle été une déclaration d’amour ambiguë et multiple ?

 Dans le pire des cas, disons que Jean Cocteau  eût bien trop d’amour à offrir.

 Retenons par-dessus  tout l’amitié que l’écrivain portait au joaillier, forte au point qu’il lui ait commandé cette bague « triplement saturnienne » qu’il a vu en rêve et qui lui a fait dire de Louis Cartier qu’il est « un magicien subtil qui fait tenir de la lune en morceaux sur du soleil en fil » avant de le charger de la confection de son épée d’académicien lors de sa nomination à l’Académie française.

 

Les anneaux de Saturne


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onceuponamarque 766 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte