Magazine Beaux Arts

Regards croisés: Gerhard Richter (by Christelle, Cécile et Stefania)

Publié le 25 juin 2012 par Lifeproof @CcilLifeproof

  Richter defGerhard Richter, Secretary, 1963, huile sur toile

Christelle

Géant de l’art contemporain aussi sacré que respecté, Richter est régulièrement salué par tout le monde pour son indéniable talent. Il est vrai que l’âge aidant, on insiste beaucoup plus sur le génie de nos artistes contemporains. Richter ayant 80 ans, vous pouvez imaginer l’unanimité.

Creusons un peu, les critiques ne sont pas forcément des moutons, il y a donc de bonnes raisons d’aimer l’art de cet artiste. En effet, regardons ces tableaux des années 1960 et 1970 et tombons à la renverse! Le jeu subtil entre photographie et peinture est tout à fait fascinant. Richter a d’abord collectionné des photos d’amateurs constituant même des albums. En s’en inspirant, il va peindre patiemment ce que l’appareil photographique a permis de capter en quelques secondes. Lutte de l’artisanat et de la technique pas seulement, Richter avait ce besoin très physique d’éprouver le sujet, d’aller jusqu’au bout de ce qu’a à dire une image. C’est un point que je trouve tout à fait fascinant et je profite donc de ce regard croisé pour vous le faire partager !

4131
Gerhard Richter, Torso, 1997 Huile sur aluminium

Cécile

« Mes tableaux sont sans objet ; mais comme tout objet, ils sont l’objet d’eux-mêmes. Ils n’ont par conséquent ni contenu, ni signification, ni sens; ils sont comme les choses, les arbres, les animaux, les hommes ou les jours qui, eux aussi n’ont ni raison d’être, ni fin, ni but.» (in Notes, 1984) nous dit Gerhard Richter, c'est étrange non? Ce qu'il crée n'a pas de sens, mais est-ce que c'est insensé? Richter est un peintre allemand qui a la particularité d'avoir su se renouveler tout au long de sa carrière: abstraction, figuration, œuvres présentant son quotidien ou encore le quotidien de la société dans laquelle on vit.

Gerhard Richter fait des photos, en récupère d'autres dans des journaux et a, depuis des années, mis en place un atlas de photographies dans lequel il pioche afin de réaliser ses œuvres picturales. Je crois que les œuvres de Gerhard Richter qui me touchent le plus sont celles qui semblent se perdre dans la toile, où le flou, maîtrisé par l'artiste, donne une impression de passé, imparfait, inconnu. C'est comme si l'image de départ était trouble, le souvenir lointain, le sujet prend alors une toute autre dimension: une invitation à la contemplation, tout simplement beau.

 

Vetrata richter
Gerhard Richter, Vitrail dans la cathédrale de Cologne, 2007

Stefania

Richter se définit lui-même comme un peintre classique, mais, en regardant ses peintures, figuratives ou abstraites, nous n’avons pas vraiment l’impression de nous trouver face à de l’art traditionnel. C’est le rôle de l’image qui est au centre de sa démarche artistique.

J’essaierai de vous le montrer en vous parlant de l’une des nombreuses œuvres conçues pour une commande publique. Il ne s’agit pas d’une peinture, mais je la trouve tout particulièrement adaptée pour vous parler de cet artiste, et en plus elle se trouve à Cologne, sa ville de résidence, et elle investit le symbole de cette ville, la célèbre cathédrale (il paraît que l’artiste y a travaillé gratuitement). La composition en damier de ce vitrail fait référence à une œuvre de 1974, qui a comme titre « 4096 Farben ». Richter a sélectionné 72 couleurs de base en s’inspirant des couleurs des maîtres verriers du Moyen Âge, puis, grâce à un logiciel informatique, il a créé toutes les combinaisons possibles des couleurs de base qu’il a repris 72 fois. En guidant un peu la machine, il a réalisé des symétries et des combinaisons, mais, à la base, les arrangements de couleurs sont aléatoires.

Le résultat est un vitrail composé par 11.263 carreaux colorés, assemblés avec des joints en silicone. La lumière y filtre en créant des effets très proches de ceux des vitraux traditionnels, mais avec une légèreté qui souligne l’élégance des éléments architecturaux. Une œuvre qui se marie parfaitement à son contexte, savant mélange de tradition et de contemporanéité. Qui a dit que Richter était un peintre classique ?

Richter vetrata dettaglio
Gerhard Richter, Vitrail dans la cathédrale de Cologne, 2007, détail


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lifeproof 5971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines