Magazine

Peine perdue

Publié le 26 juin 2012 par Paulo Lobo
La lumière n'est pas en cause, c'est moi qui ne trouve plus ma montre. Je viens ici en ami, en quête d'un refuge. Je suis chargé comme une mule, et le monde entier me semble dérangé. Un peu sonné par le tourbillon des vagues, je travaille à me rendre discret. Que faire de ces écrits, que faire de ces paroles, que faire de tous  ces mots que j'entends autour de moi? Les saisir au vol, les enregistrer, penser qu'ils contiennent de la beauté... Tu parles! La fatigue m'envahit depuis quelque temps. Il en résulte une certaine tension et un certain sentiment de perdition. Mes yeux sont mes précieux assistants, ils me trompent et je le sais, je me laisse berner. Parce que j'aime m'arrêter à la surface des choses, j'aime ne pas en savoir trop. L'hyper-connaissance ne favorise pas l'intelligence. Les coquelicots, c'est tout ce qu'il faut.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog