Magazine Culture

Liars - Wixiw (2012)

Publié le 26 juin 2012 par Oreilles
Liars - Wixiw (2012) Quand on écoute très souvent de la musique, on peut être atteint de l'obsession de vouloir à tout prix découvrir un nouveau tube. Mais cette recherche peut être contre-productive. J'en ai fait l'expérience avec Wixiw des Liars. Première écoute de certains morceaux de Liars sur Youtube. C'est pas mal, sans plus, mais ça me dit quand même bien d'avoir l'album. Il est de plus annoncé comme bon. Je le reçois et l'écoute attentivement une première fois. Rien ne se détache, je suis déçu. Heureusement que j'ai d'autres albums à écouter...
Et un jour de lecture, je me mets l'album en musique de fond. Je me suis dit qu'il pouvait avoir ce rôle puisque je l'ai senti assez plat la première fois. Or, c'est là où je fis ma vraie rencontre avec Wixiw. Un début anti-commercial à souhait avec un enchaînement de titres très posés. Il faut attendre le troisième titre pour que la bombe explose... Elle explosa.
Le trio Liars ( Angus Andrew, Aaron Hemphill, Julian Gross) n'a plus à faire sa réputation depuis sa formation en 2001. Même si ce sixième album sorti chez Mute présente des sonorités nouvelles, il effectue aussi un saut qualitatif, même par rapport au très bon Sisterworld, leur précédent opus. Preuve que  la nécessité propre à ce groupe de se transformer depuis ses débuts lui a permis une très grande maîtrise de ses choix musicaux.
Les Liars savent qu'ils n'ont pas à se presser pour nous attacher à ces onze titres. Par conséquent, "The Exact Colour Of Doubt" est le début parfait avec son style planant. Parfait pour nous faire attendre "N. 1 Against the crush", subtil mélange de new-wave, de la voix de Sisters Of Mercy, et de certaines sonorités de Portishead (avec un rythme très proche de "The Rip") avant d'enchaîner avec le second tube plus pop "A Ring On Every Finger".
Liars - Wixiw (2012)
"III Valley Prodigies" revient à un rythme plus doux et proche à nouveau du trip-hop de Portishead. Courte redescente avant que des rythmes plus rapides fassent surface même si des titres comme "Wixiw" et "His And Mine Sensations" garderont toujours un rythme assez planant et un léger vague à l'âme.
Les trois derniers morceaux se présentent alors comme une exploration hors de ce noyau trip-hop : un titre électronique très rapide ("Brats") encerclé par deux autres beaucoup plus lents. En finissant par "Annual Moon Words", à la limite de la folk, les Liars ne signent pas seulement un au revoir à leur auditeur mais montrent aussi leur capacité à atteindre une perfection dans tous les styles comme si une grâce s'était installé sur tout l'album.
En bref : un album d'une grande qualité qui crée un univers musical entre pop, trip-hop, et certaines sonorités électroniques mais qui exige une écoute renouvelée pour en découvrir toute la richesse. Liars - Wixiw (2012)

A lire aussi : Liars - Drum’s not dead (2006)


Site de Liars Wixiw sur Deezer

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oreilles 3359 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines