Magazine Cinéma

Behemoth: Le Monstre des Mers

Publié le 26 juin 2012 par Olivier Walmacq

behemoth-aff

genre: fantastique
année: 1959
durée: 1h10

l'histoire: Monstre marin réveillé par l'explosion d'une bombe atomique, le Behemoth se déplace vers la ville de Londres. Face à une armée impuissante, ce dernier va réduire la ville en cendres.

la critique d'Alice In Oliver

Ce n'est pas la première fois qu'Eugène Lourié s'attaque au film de monstre puisque le cinéaste avait déjà signé Le Monstre des Temps Perdus, sorti en 1953, avec un dinosaure conçu en stop-motion par les soins de Ray Harryhausen.
Eugène Lourié revient donc à son genre de prédilection avec Behemoth: Le Monstre des Mers, réalisé en 1959.
A noter que Lourié fait appel aux services de Douglas Hickox au niveau de la mise en scène.

Dans les années 50 et 60, le genre monstre géant cartonne dans les salles de cinéma. Pour mieux comprendre ce phénomène, il est nécessaire de rappeler brièvement le contexte de l'époque. Nous sommes en pleine Guerre Froide.
La course à l'armement et au nucléaire fait rage dans le monde, surtout entre les Etats-Unis et l'U.R.S.S. Dans ce contexte d'angoisse et paranoïa, le cinéma symbolise cette peur par l'arrivée d'une créature préhistorique, le plus souvent ressuscitée par l'explosion d'une bombe atomique.

behemoth

Behemoth: Le Monstre des Mers n'échappe donc pas à la règle. Le scénario est de facture classique. Un gigantesque dinosaure surgit du fond de l'océan et sème la terreur dans la ville de Londres.
L'armée se révèle impuissante pendant que la créature décime tout sur son passage. Voilà un script que Lourié reprendra deux ans plus tard avec Gorgo.
Malheureusement, Ray Harryhausen ne participe pas aux effets spéciaux et visuels du film.

Force est de constater que ce long-métrage a souffert du poids des années et s'apparente aujourd'hui à un gros nanar dans les règles.
Encore une fois, le dinosaure de service reste l'attraction principale du film. Les concepteurs des effets spéciaux ont le plus souvent recours à la technique de la stop-motion. Hélas, ces derniers sont loin de maîtriser l'animation du reptile assoiffé de chair humaine.

behemoth-the-sea-monster-03-03-1959-2-g

Les effets visuels sont peu convaincants. Eugène Lourié en est bien conscient et multiplie les gros plans foireux sur le visage de la créature moisie.
Si bien que la plupart du temps, on ne voit que la tête et le cou de l'animal préhistorique. Ensuite, les personnages humains sont totalement inintéressants.
Sans compter une fin peu surprenante et archi-prévisible. Dans le même style, on lui préférera largement Le Monstre des Temps Perdus et Gorgo, que j'ai déjà cités. Mais ne boudons pas notre plaisir, dans son genre, Behemoth: le monstre des mers reste un mauvais film sympathique.

Note: 06/20
Note nanardeuse: 15.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines