Magazine Concerts & Festivals

Les Eurockéennes de Belfort

Publié le 26 juin 2012 par Wtfru @romain_wtfru


Les Eurockéennes de Belfort

Arriver à toucher son nez avec sa langue est un exercice unique et périlleux qui une fois réussi vous laisse la satisfaction du devoir accompli avec en prime la truffe humide.

C’est comme vivre trois jours aux Eurockéennes de Belfort.

Beaucoup vous diront que c’est le french Glastonbury, d’autres vous diront qu’ils ne se souviennent de rien, WhoTheFuckAreYou vous dit que c’est l’endroit où il faut être chaque premier weekend de juillet depuis 1989. Branché de musiques et de rassemblements culturels en tous genres, son créateur a caressé une douce utopie en créant le Festival du Ballon, qui deviendra plus tard les Eurockéennes. Le mec voulait quand même organiser une teuf géante avec le même festival en simultané sur les montagnes d’en face (la Forêt Noire en Allemagne et le Jura Suisse) et les relier par des lasers. En résumé de la hard tech sur un beat d’electro et un loop de cor des Alpes. Sur une grosse révolte écolo, on descend le festival sur une presqu’île dans la vallée pour protéger une espèce d’oiseau rare (true story). Avec le temps, les espèces rares sont ceux qui peupleront le festival. Des travellers venant de l’Europe entière posant des kilos de sons sur le camping qui se transformait alors en festival Drum ‘n’ bass / minimal à l’Emo qui confie consciencieusement le bouchon de sa bouteille d’eau en plastique au vigile de l’entrée. Chaque année se sont près de 100 000 aventuriers qui vont en prendre plein les écoutilles.

Les Eurockéennes de Belfort

 Pour le son maintenant, c’est le repère de l’underground mais aussi des surprises attendues de l’année. D’ailleurs vous n’avez qu’à vérifier par vous-même avec la programmation depuis sa création. De l’immanquable à l’expérimental le festivalier perché n’a qu’a naviguer sur sa presqu’il, une blonde à la main, pour savourer les accords acoustiques feutrés de la scène de la plage, les basses vibrantes à souhait de la grande scène ou encore les lumières pétillantes de l’esplanade Greenroom.

Parce qu’il est constitué d’une série de sons et d’images qui se juxtaposent au fur et à mesure de votre expérience, les Eurockéennes recréent des continuités spéciales et temporelles. Sur la bande qui vous sert de souvenirs, les sons constituent des espaces improbables. La succession de clichés rapides sera le film de votre weekend car mettre une image à côté d’une autre c’est toujours, déjà, raconter une histoire. WhoTheFuckAreYou ira pour vous et y testera tout pour ensuite vous raconter son histoire.  

Pour y aller (ou si tu ne sais pas quoi télécharger) :

http://www.eurockeennes.fr


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte