Magazine Cinéma

Tel père...

Par Ninelililabo

Tel père...
Résumé :
Marseille. Le soleil brille sur les calanques. Le Commissaire Scali dirige la Brigade de lutte contre le trafic d’armes. Une piste Serbe le conduit dans l’Est de Paris. Il y croise une jeune flic de la Brigade des Stups,
 Maya qui bosse avec un gros dur de la police nationale. Comme souvent, les armes croisent la drogue.
 Et Lucas va croiser Maya. Pas forcément par hasard.
 Flag, braquage, indics… leurs enquêtes vont s’entremêler.
 Leurs vies aussi.
 Parce que leur histoire a commencé bien longtemps avant leur rencontre…
Critique :
On avait quitté Pierre Jolivet avec « La Très très grande entreprise », une comédie enlevée relevant de la critique acerbe des multinationales de la chimie du type Monsento. Il fallait à tout prix que ses héros pénètrent le système pour tirer vengeance. Roschdy Zem, déjà, incarnait un personnage certain de son bon droit et près à se battre pour que justice soit faite.
Avec « Mains Armées » cliquez là, c’est dans un film de genre que le duo Jolivet-Zem se retrouve quatre ans plus tard. Ici, le titre en dit long sur les intentions de son réalisateur.  Mains armées, la bien nommée, est une histoire à couper le souffle où se superposent l’histoire de circonstance – cette course après les trafiquants inquiétants à l’accent rauque – et l’histoire plus intime d’un père qui n’a pas voulu regarder grandir sa fille. Un flic qui a pris la poudre d’escampette.
Roschdy Zem est de nouveau ce flic, intègre et distant, proche du personnage qu’il incarnait dans « GoFast » (2008) réalisé par Olivier Van Hoofstadt ou dans « Tête de Turc » de Pascal Elbé (2010). Scali met en garde son équipe : « Il faut y aller à l’israélienne. Quand tu leur marches sur les doigts de pieds… ». Du Lino Ventura dans l’air, ou presque…
Mais l’enjeu est ailleurs. On sent bien que le Grand Flic finira par coincer les « Yougos ». Il en quête – dans tous les sens du terme – de quelqu’un d’autre qui lui échappe vraiment parce qu’il la fuit il y a longtemps. Tout leur histoire se résume à la façon dont Scali l’aborde : « On peut se croiser ? » lance-t-il au téléphone ?
Le face à face avec Leïla Bekti est « éclatant ». Maya va à l’essentiel lorsque Scali ose un « A part ca, ça va ? » en lui balançant : « A part quoi ? A part que je suis ta fille ? ». La jeune comédienne est étonnante cliquez là. Une fois encore, juste comme dans le dernier film de Cédric Khan.  Elle déploie une énergie incroyable, bien décidée à être enfin « reconnue ». Elle fait face à Marc Lavoine, son chef de service véreux, qui incarne ici un grand méchant de cinéma et traque les trafiquants d’arme que recherche son père.
A quel prix gagnera-t-elle ce regard qui lui a tant manqué. Jolivet surprend son spectateur et le tient en haleine. La réponse, le 11 juillet prochain.
Arthur A.
Sortie le 11 juillet prochain

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ninelililabo 316 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines