Magazine Entreprise

Surface: le début d’un nouveau business modèle pour Microsoft ?

Publié le 03 juillet 2012 par Edelit @TransacEDHEC

Ce lundi 18 juin à Los Angeles, Microsoft présentait Surface, sa nouvelle tablette tactile, déclinée en deux modèles. Un gadget informatique de plus me direz-vous ? Serait-ce bien la peine de consacrer un article à la dernière excentricité du géant des logiciels américains ? Rassurez-vous (ou inquiétez-vous), car bien plus qu’un simple concurrent de l’Ipad, Surface marque le début d’une profonde révolution chez Microsoft.

Bien plus que ses caractéristiques techniques, somme toute similaires à celles de l’Ipad si ce n’est le clavier tactile intégré à la « cover », cette nouvelle tablette a de remarquable le tournant stratégique qu’elle révèle chez Microsoft.

Jusqu’à présent la firme américaine s’était limitée au monde du logiciel (software) et avait noué de nombreux partenariat avec les fabricants de PC (hardware) afin d’assurer la pénétration de ses logiciels sur le marché. Microsoft a ainsi tissé au fil des années des relations de confiance fondées sur un intérêt commun bien compris. Travaillant avec HP, Aser, MSI, Lenovon, Samsung, en un mot tous les fabricants de la place, l’ogre de Redmond (siège social de la firme, ndlr) s’est assuré un quasi-monopole sur le segment des systèmes d’exploitation et des logiciels génériques à destination des entreprises.

Bien que ses parts de marchés s’effritent progressivement du fait de l’émergence de nouveaux acteurs se positionnant sur ce segment (Google principalement), sa position reste très largement dominante du fait de son étroite collaboration avec les fabricants de hardware.

C’est ce partenariat que la sortie de Surface vient remettre en question. Microsoft est en effet accusé par ses anciens «partenaires » d’avoir profité des informations privilégiées auxquelles il avait accès dans le cadre de leur collaboration. De fait, Surface concurrence directement les tablettes lancées par les fabricants en palliant les principales faiblesses de leurs propres produits, signe d’une étude de marché attentive avant son lancement.

De plus Microsoft s’est bien gardé d’informer ses partenaires du lancement de sa nouvelle tablette. Si certains « privilégiés » ont appris la nouvelle trois jours avant, les autres ont découvert en même temps que les journalistes la dernière nouveauté de leur futur ex partenaire.

Si certains adoptent depuis une attitude attentiste à l’égard de Microsoft, ce n’est pas le cas d’Aser qui hurle à la trahison par l’intermédiaire de son PDG, ni d’HP qui a annoncé l’abandon de sa tablette utilisant le logiciel Windows RT, le logiciel d’exploitation pour tablette conçu par Microsoft.

En se positionnant à la fois sur les terrains du software et du hardware, Microsoft s’inspire directement du business modèle d’Apple, au risque de s’aliéner ses anciens partenaires. Reste à déterminer si ce choix se révèlera payant. Surface : un nouveau business modèle pour Microsoft ? Le début de la fin du modèle économique actuel certainement. Pour le reste, rien n’est moins sûr.

Jean-Baptiste Duret


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Edelit 18215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte