Magazine Cinéma

Nip/Tuck : LA série trash

Par Luc24

Nip/Tuck : LA série trash

De toute la vague des séries trash que l'on a vu déferler sur nos petits écrans depuis des années, Nip/Tuck est sans conteste le pilier. Récit des aventures de deux chirurgiens esthéthiques amis depuis la FAC, le show fait la part belle aux opérations sanglantes (très réalistes) et aux histoires de coeur et surtout de fesses. Christian (Julian McMahon) et Sean (Dylan Walsh) sont deux amis et collègues qui ont comme dit précédemment grandit et gravit les échelons ensemble. Christian est un séducteur. Il accumule les conquêtes et son appétit sexuel ne semble pas avoir de limites. Sean, lui, est un père de famille (un garçon Matt et une petite fille Annie) respectable qui vit un mariage en pleine crise avec sa femme Julia (Joely Richardson). Depuis des années la tension sexuelle règne en effet entre Christian et Julia, de quoi provoquer un séisme dans l'équilibre de vie de Sean.

Nip/Tuck : LA série trash

La série se base donc sur deux piliers :

-Les opérations de chirurgie esthéthique , de plus en plus spectaculaires et de plus en plus trash avec une galerie de patients complètement surréaliste.

-Les intrigues sentimentales avec le triangle Christian/Julia/Sean et surtout une équipe de garces plus manipulatrices les unes que les autres. Autour du triangle sont abordés les thèmes de la famille, de l'amitié, de l'adultère, de l'inceste, de l'homosexualité et toutes les perversions possibles et imagineables.

 

Dylan Walsh & Julian McMahon.

La saison 1 plante le décor et installe Nip/Tuck comme la série référence en matière de cynisme. Le début de la série intrigue par son sujet raccoleur, amuse par les expériences sexuelles décomplexées de Christian et touche par les névroses de Sean, Julia et leurs enfants. Bien plus qu'un soap opera de luxe, le show analyse notre société des apparences et chaque épisode contient son lot de suspense et de surprises. On y fait la connaissance déjà de rôles féminins hauts en couleurs : Gina l'abonnée aux DSA (Dépendants sexuels anonymes : tout un programme !) qui balançe des "connards" à toute ses phrases, Kimber la bimbo blonde prête à tout pour se retrouver en couverture des magazines...Baignant dans un milieu hostile et très superficiel, les personnages se perdent fréquemment et peuvent aisément se laisser guider par la facilité, la luxure. En une seule saison, Nip/Tuck est devenue une série phénomène de par sa liberté de ton, voire sa vulgarité à toute épreuve. Ce qui ne l'empêche pas d'être pertinente.

Famke Janssen & Julian McMahon. Warner Bros.

Nombreuses sont les séries phénomènes à se planter magistralement dès leur deuxième saison. L'impertinente Nip/Tuck a-t-elle pu relever le défi ? La réponse est oui. Plus décomplexée que jamais, la série continue sur sa lancée et offre des sommets de "trashitude" avec l'intrigue désormais mythique entre la dibolique Ava (campée par la sculpturale Famke Janssen) et le paumé Matt. Les personnages de Gina et Kimber continuent de faire leur show avec des passages de plus en plus crus et délirants. Le mannequin Kimber devient ainsi une star du X , de quoi visiter les coulisses du milieu du porno et de réaliser un épisode déjanté sur la sortie d'une poupée gonflable à l'effigie de la demoiselle. Le couple de Sean et Julia éclate laissant place à une multitude de névroses et la série parcourt même un nouveau genre, celui du spectacle à frisson. C'est en effet lors de cette deuxième saison qu'est introduit le "Carver" où un dangereux psychopathe qui lutte contre notre société de l'image. Le dingue en question viole et coupe le visage de jeunes mannequins. La saison se termine sur un formidable cliffhanger. Les fans sont dingues, Nip/Tuck est à son apogée.

Warner Bros.

Face à l'enthousiasme provoqué par le personnage du Découpeur/Carver, la saison 3 de la série s'articule autour de la découverte de l'identité de celui-ci tout en apportant de nouvelles opérations spectaculaires et de nouvelles garces barrées. C'est pourtant lors de cette troisème saison que la série connait sa plus grosse baisse de régime. L'intrigue du Découpeur se révèle complètement farfelue au final et l'outrance est un peu trop de mise. A force de vouloir jouer la carte du sensationnalisme et de la déviance, Nip/Tuck perd un peu le sens des réalités. La saison se termine avec une certaine déception de la part des fans , nombreux s'accordent encore aujourd'hui pour dire qu'il s'agit de la plus mauvaise de la série.

John Hensley & Kelly Carlson. Warner Bros.

Les scénaristes , conscient d'avoir été un peu trop loin dans la précédente saison, recentrent leur show autour des drames intimes de Sean et Christian. La saison 4 est celle des grands conflits et des profondes remises en question. Si la série ne retrouve pas le souffle de ses deux premières années, elle s'améliore en tout cas par rapport à l'année précédente en évoquant des thèmes variées comme l'implication dans une secte ou le fait d'être parents d'un enfant avec un défaut de naissance peu commun. Le final de la saison a des allures de fin de série après des rebondissements familiaux et intimes denses. Mais la série signe pour deux saisons supplémentaires.

Nip/Tuck : LA série trash

Pour sa cinquième saison Nip/tuck souhaite retrouver un peu d'air frais. Le décor change et Christian et Sean se retrouvent propulsés dans le monde impitoyable d'Hollywood. L'occasion pour les scénaristes d'égratigner le milieu du show bizz et de livrer une amusante auto parodie. Sean devient en effet un acteur récurrent d'une série médicale intitulée Hearts&Scalpels. Le triangle amoureux est toujours au centre des intrigues et les garces incontournables sont au rendez vous : Kimber fait son retour au porno, Gina revient pour de dernières apparitions inoubliables (attention spoiler ! son enterrement est à pleurer de rire)...Le temps passant, les personnages évoluent. La saison 5 propose ainsi un Christian fragilisé qui commence à réaliser qu'il va vieillir et qu'il ne pourra pas toujours être dans le coup pendant que son sage associé Sean se dévergonde et découvre le charme des petites amourettes et de la célébrité. Avec le temps, la série tombe de plus en plus dans l'outrance et le trash, perdant de temps à autre une certaine crédibilité mais par la même occasion gagnant de plus en plus un statut de plaisir coupable inégalable en son genre.

Une saison 6 de Nip/Tuck est actuellement en prévision. Ce show aura marqué l'univers des séries par ses sujets abordés avec une liberté des plus totales. Une véritable révolution sexuelle à la télévision. Si vous aimez les séries impitoyables peuplées de pestes et d'histoires de sexe, vous serez plus que servis.

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines