Magazine Cinéma

Alone In The Dark

Publié le 06 juillet 2012 par Olivier Walmacq

 Alone In The Dark

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2005
durée: 1h35

l'histoire: Le détective Edward Carnby part sur l'île de Shadow Island pour enquêter sur le meurtre d'un ami. Sur place, il fait équipe avec une anthropologue, Alice Cedrac.

La critique d'Alice In Oliver:

A la base, Alone In The Dark, réalisé par Uwe Boll en 2005, est l'adaptation d'un jeu vidéo éponyme. Impossible de vous dire si le film est fidèle ou pas au matériau d'origine puisque je ne joue pas aux jeux vidéos.
Mais selon les fans, l'adaptation de Uwe Boll n'aurait pas grand chose à voir. Au niveau du casting, Alone in the Dark réunit Christian Slater, Tara Reid et Stephen Dorff.

Uwe Boll a toujours déclaré sa passion pour les jeux vidéos. D'ailleurs, le cinéaste tâcheron réalisera également House of the Dead, un film d'horreur poisseux avec des zombies assoiffés de chair humaine.
A la base, c'est le propre concepteur du jeu video qui a contacté Uwe Boll pour qu'il signe l'adaptation de Alone in the Dark.

aloneinthedark

Evidemment, ce dernier accepte mais les ambitions sont revues à la baisse. Par exemple, le scénario subit de nombreuses modifications.
Pourtant, au regard du résultat final, on se demande si les auteurs ont vraiment planché sur le scénario du film.
Le script est de facture classique. Pourtant, Uwe Boll parvient à brouiller les pistes et torche un scénario maladroit et parfois incompréhensible.

Après une introduction assez convaincante à coup de gunfight, Alone in the Dark sombre très vite dans la routine et le petit nanar horrifique des familles.
Ensuite, la mise en scène de Uwe Boll est souvent catastrophique: mauvais cadrage et photographie approximative font partie du menu fretin.
Uwe Boll est donc fidèle à son cinéma, à savoir que Alone in the Dark est un film maladroit, mal torché, brouillon et bourré d'incohérences.

alone-in-the-dark-movie

Dans Alone in the Dark, on se fent la poire !

Dans ce désastre filmique, le pauvre Christian Slater tente de sortir son épingle du jeu. En vain. Clairement, l'acteur est devenu un has-been.
Sans compter les effets spéciaux ratés et un visuel souvent horrible et saccadé. A cela, rajoutez une romance amoureuse des plus indigentes et vous obtenez un film d'horreur sans envergure, mélangeant des bestioles dans le noir et des morts vivants sur le retour. Bref, une vraie purge dans les règles !

Note: 03/20
Note nanardeuse: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines