Magazine Cinéma

Shrek 4: Il Etait Une Fin

Publié le 08 juillet 2012 par Olivier Walmacq

shrek-4-il-etait-une-fin-affiche

genre: film d'animation
année: 2010
durée: 1h35

l'histoire: Domestiqué, assagi, Shrek a perdu jusqu'à l'envie de rugir et regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. C'est alors que le sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve transposé dans un monde parallèle où les ogres sont pourchassés.

la critique d'Alice In Oliver:

Suite et fin des aventures de l'ogre vert avec ce quatrième et dernier chapitre, donc, Shrek 4: Il Etait Une Fin, réalisé par Mike Mitchell et produit par Dreamworks en 2010. Pour mémoire, l'ogre farfelu nous avait quitté sur un bien triste troisième opus.
Avec ce quatrième volet, Mike Mitchell et Dreamworks espèrent redonner quelques lettres de noblesses en signant la conclusion finale.

Pour cela, encore faut-il trouver un scénario digne de nom, en l'occurrence, le gros point faible de Shrek le troisième.
Visiblement, Dreamworks est à court d'idées et joue la carte de la nostalgie en venant renifler du côté du premier épisode.
Attention, SPOILERS ! Shrek n'est plus l'ogre craint des villageois et des habitants du royaume de Fort Fort Lointain.

shrek-4-4797368znmhl_1713

Nostalgique, Shrek regrette cette époque où il pouvait ripailler et effrayer toute une communauté à ses heures perdues.
Qu'à cela ne tienne, l'ogre vert rencontre Tracassin. Ce dernier lui propose de signer un étrange contrat, qui permettrait à Shrek de se retrouver dans un univers alternatif. C'est d'ailleurs ce qui se produit.
Shrek se retrouve bel et bien dans un monde parallèle.

Dans un premier temps, l'ogre vert est reçu comme il se doit et déclenche la panique générale. Toutefois, ce nouveau monde n'a rien d'idyllique.
Dans cet univers parallèle, les ogres sont pourchassés et condamnés à mort. Ensuite, Tracassin est devenu le roi de Fort Fort Lointain et domine la communauté d'une main de fer. Enfin, Shrek retrouve tous ses amis.
Hélas, ces derniers ne sont plus ses compagnons d'autrefois et sont davantage effrayés par l'apparence monstrueuse de notre créature pétomane.

shrek-4-forever-after-il-etait-une-fin-antonio-banderas-cameron-diaz-mike-myers-eddie-murphy-009

Voilà pour les hostilités de ce dernier épisode, qui marche sur les traces de son prédécesseur. Par là, comprenez que Shrek 4 ne parvient jamais à passionner. Ensuite, comme je l'ai déjà souligné, ce quatrième chapitre essaie de retrouver le dynamisme du premier. En vain. Ici, peu ou prou de gags.
Etrangement, le rire et les situations comiques sont les grands absents de cet opus formaté et peu inspiré.

Au même titre que le troisième épisode, Shrek 4 vise avant tout le jeune public. Certes, les tous petits apprécieront peut-être cet ultime méfait.
Pourtant, c'est surtout l'ennui qui est au rendez-vous de ce volet soporifique. Reste la bande originale, plutôt sympathique et pop rock.
Mais bon, cela n'a jamais fait un bon film. La preuve !

Note: 05/20
Note naveteuse: 13.5/20

 
EXCLU - La bande-annonce de Shrek 4


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines