Magazine Culture

Les larmes d'Aral - Jérôme Delafosse

Par Jostein

aralTitre : Les larmes d'Aral

Auteur : Jérôme Delafosse

Éditeur : Robert Laffont

Nombre de pages : 454

Date de parution : mai 2012

Auteur :

Jérôme Delafosse est grand reporter. Depuis 2006, il est l’un des « Nouveaux Explorateurs », émission diffusée sur Canal+ et Travel Channel, pour laquelle il parcourt la planète à la rencontre des peuples de l’eau. C’est la confrontation de ces voyages, de son insatiable curiosité et de son imagination qui nourrit ses romans, toujours extrêmement documentés.

Présentation de l'éditeur :

Irlande, automne 1994. En plein conflit nord-irlandais, Sinead McKeown, grand reporter de guerre, survit à l attentat à la bombe qui tue son mari et l enfant qu'elle porte. Très vite, la police découvre que son compagnon a été sauvagement assassiné à l'arme blanche avant même que la bombe n'explose. Les soupçons se dirigent vers Sinead. Abusivement accusée du meurtre de sa propre famille sous prétexte de liens secrets avec l IRA, la jeune femme parvient à s échapper. Fugitive recherchée par toutes les polices, elle n a désormais qu un but : retrouver les véritables meurtriers de ce massacre. Et pour cela un seul indice en sa possession : une fiole contenant des paupières humaines ornées de mystérieux tatouages.
Paris, au même moment. Un homme, presque nu et terrorisé, est pris en chasse aux alentours de la gare de Lyon par une patrouille-nuit de la BAC. Sur le point d être interpellé, il saute dans la Seine. Quand son corps, marqué de plaies nécrosées, est repêché deux jours plus tard, les premières constatations laissent croire au suicide d un SDF. Mais l affaire prend une tout autre tournure lorsque les policiers qui ont manipulé le cadavre sont frappés d un mal étrange.
Contre la DST et les experts de la DGSE, Raphaël Zeck, jeune flic du 36 quai des Orfèvres et son adjoint Drago, dit le Serbe, sont chargés de l enquête.
Ce qu à ce stade ni Sinead ni Raphaël ne peuvent soupçonner, c est que leurs deux enquêtes sont liées. Le pacte qui les réunira malgré eux va les plonger dans un monde où le crime naît de croyances ancestrales effrayantes, de manipulations scientifiques terrifiantes et de « secrets Défense » à glacer le sang.
Un monde vertigineux au c ur de la folie des hommes, là où les « larmes d Aral » coulent pour l éternité...

Mon avis :

Je dois avouer que je suis assez impressionnée par la densité de ce roman, sa construction, son suspense maintenu jusqu'à un dénouement grandiose et inattendu.

Quel lien peut-il y avoir entre le terrorisme de l'IRA, les émigrés tchétchènes, les caches d'armes de la guerre froide, les armes biologiques? Comment relier dans une même histoire des paupières tatouées vieilles de cinq mille ans, des chapelets radioactifs, des calculs scientifiques sur les trous de l'espace? Jérôme Delafosse y parvient avec cohérence, références historiques et scientifiques. Il maîtrise parfaitement les évènements mondiaux, les liens entre les différents services de police, les informations sur les différents réseaux comme le SAC ( Service d'Action Civique) créé sous De Gaulle ou le réseau de la Rose des Vents.

Les personnages sont bien construits. On connaît le passé de Sinead, l'irlandaise et sa ténacité l'emmène au bout de cette enquête sur la mort de son mari.

Raphaël Zeck, ancien membre des commando marines, est inspecteur divisionnaire à la Section Anti Terroriste de la brigade criminelle. Lui, aussi a ses fantômes liés au passé. Il n'a rien à perdre et son caractère impulsif le mène hors des limites, en conflit avec les chefs de DST. Sinead et Raphaël se retrouvent sur cette enquête complexe où les rebondissements se succèdent,  les protagonistes se mêlent.

J'ai vraiment été captivée par cette histoire, bluffée par autant de ramifications. Je craignais d'être déçue par la fin tant la trame se complexifiait et en fait, l'auteur a parfaitement maîtrisé jusqu'à un dénouement étonnant mais cohérent.

Certes, j'ai pensé que nos deux enquêteurs trouvaient souvent trop rapidement des explications, sans preuves ou que certains avouaient bien vite. Mais le rythme du récit, la densité des évènements font aisément passer les quelques doutes qui s'immiscent à la lecture.  

L'auteur nous fait profiter de son talent de grand reporter, de voyageur et bâtit avec sérieux un bon roman policier.

Je remercie

logo
et les Éditions Robert Laffont pour la découverte de cet auteur que je ne manquerai pas de relire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jostein 443 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines