Magazine Cinéma

Le Grand Chemin

Publié le 09 juillet 2012 par Olivier Walmacq

grand chemin

genre: drame
année: 1987
durée: 1h45

l'histoire: Dans les années 50, Claire, enceinte et abandonnée par le père de ses enfants, confie son fils Louis, 9 ans, à son amie Marcelle, qui vit à la campagne à Rouans, avec son mari Pelo. Le petit parisien va découvrir la vie à la campagne avec la jeune Martine et faire les 400 coups.

la critique d'Alice In Oliver:

Avec Le Grand Chemin, réalisé en 1987, le cinéaste, Jean-Loup Hubert, signe une oeuvre librement inspirée de son enfance.
Pour l'anecdote, Jean-Loup Hubert avait pour ambition de réaliser Sanguine mais le cinéaste abandonnera le projet deux semaines avant le tournage.
Ce dernier se réfugie alors dans sa maison de campagne pour s'isoler et réfléchir. Un mois après, il entreprend de réaliser Le Grand Chemin.

grand-chemin-1987-1368-2004086134

A noter qu'il existe un remake américain, Paradise, avec Elijah Wood, Don Johnson et Melanie Griffith, et sorti en 1991.
Au niveau du casting, Le Grand Chemin réunit Richard Bohringer, Anémone, Antoine Hubert, Vanessa Guedj, Christine Pascal et Jean-François Dérec.
Le film connaîtra un vif succès et sera justement récompensé par deux Césars: celui du meilleur acteur pour Richard Bohringer et celui de la meilleure actrice pour Anémone.

L'action du film se déroule à Rouans en 1959. Claire (Christine Pascal), enceinte, et abandonnée par son compagnon, confie son fils de 9 ans, Louis (Antoine Hubert) à Marcelle (Anémone) et Pelo (Richard Bohringer).
Dans un premier temps, Le Grand Chemin ressemble à une comédie sur l'enfance et n'est pas sans rappeler, par certains aspects, aux Quatre Cents Coups de François Truffaut.

grand-chemin

Louis est un petit parisien et ne tarde pas à découvrir les joies de la campagne grâce à sa nouvelle copine délurée, Martine (Vanessa Guedj).
Avec elle, le jeune garçon fait les quatre cents coups (je sais, je l'ai déjà dit). Pourtant, l'arrivée de Louis réactive certains souvenirs douloureux.
Ce dernier devient presque un fils aux yeux de Marcelle et de Pelo. C'est la seconde partie du film, qui prend alors les allures d'une tragédie.

Pelo et Marcelle forment un couple qui s'est réfugié dans le silence. Chacun tente d'oublier comme il peut la perte douloureuse d'un enfant.
Pelo a sombré dans l'alcool. Quant à Marcelle, elle n'a toujours pas fait le deuil et vit avec le souvenir de son enfant tragiquement disparu.
Pourtant, le film a le mérite de ne jamais sombrer dans le pathologique et le sentimentalisme.

grandcheminphoto1

Ensuite, Le Grand Chemin peut s'appuyer sur d'excellents acteurs. Richard Bohringer et Anémone ont bien mérité leurs Césars !
Enfin, le film semble évoqué la fin d'une époque. La jeunesse commence déjà à montrer quelques signes de révolte et de rébellion.
Il suffit de prendre le portrait de Martine pour s'en convaincre, la fillette refusant d'obéir aux ordres et se montrant peu concernée par les sermons du curé du village.
Bref, un excellent film, entre larmes et sourires.

Note: 17/20

 
LE GRAND CHEMIN


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines