Magazine Culture

L'enfant de Noé

Par Benoitd67

Eric-Emmanuel Schmitt (France-Belgique)


L'enfant de NoéMa lecture:
Dans ce court roman, nous sommes plongés en pleine seconde guerre mondiale, en 1942. La traque des juifs par les nazis bat son plein. Les déportations ne font que commencer.
Joseph est un garçon de 7 ans, presque huit et ses parents, en fuite, le confie  au père Pons dans une pension catholique afin d'essayer de le sauver d'une probable déportation. Chez le père Pons, Joseph continuera à suivre les cours, y compris le catéchisme afin de paraître catholique comme il se doit durant cette fameuse guerre.
Joseph se fera des nouveaux amis dont Rudy, choisi pour être son parrain. Ils feront ensemble les pires bêtises, allant jusqu'à soupçonner le père Pons de trafic, de résistance. Ils vont même aller jusqu'à le suivre, de nuit, pour le démasquer.
Le père Pons est en fait un collectionneur. Afin de ne pas oublier, le père Pons collectionne des objets "interdits" ou ayant appartenu à des communautés en danger de disparition. Pendant cette guerre, il collectionne les objets juifs (candélabres, livres sacrés...); après la guerre, il passera des communautés amérindiennes aux vietnamiennes en passant par les russes... Cette idée un peu folle donne son titre à ce roman: Noé n'est-il pas le premier collectionneur de l'histoire. Il a pu sauver l'humanité en collectionnant un couple de chaque espèce et ainsi éviter sa destruction.
Le livre est un très bel éloge de tolérance:

  • Les enfants entre eux; les enfants juifs sont cachés au milieu de catholiques et ne sont séparés qu'au moment des douches (je vous laisse deviner pourquoi...
  • Joseph qui reproche à ses parents d'être juifs; Joseph qui refusera d'être séparé du père Pons pour retrouver sa famille...
  • Les enfants vis-à-vis de la pharmacienne...
  • Le soldat allemand...

Je ne vous donne pas trop de détail pour que vous ayez encore le plaisir de la découverte.
On pourrait reprocher à Eric-Emmanuel Schmitt un peu de mièvrerie mais je trouve le roman très bien construit et si il est connu que les bons "gagnent" à la fin, la victoire n'est pas sans conséquence. J'aurais par contre apprécié plus de détails sur la vie de tous les jours dans cette pension, plus de pages au final pour approfondir les relations entre les protagonistes.
Le début:
"Lorsque j'avais dix ans, je faisais partie d'un groupe d'enfants que, tous les dimanches, on mettait aux enchères.
On ne nous vendait pas: on nous demandait de défiler sur une estrade afin que nous trouvions preneur. Dans le public pouvaient se trouver aussi bien nos vrais parents enfin revenus de la guerre que des couples désireux de nous adopter."
Quatrième de couverture:
" - Nous allons conclure un marché, veux-tu ? Toi, Joseph, tu feras semblant d'être chrétien, et moi je ferai semblant d'être juif. Ce sera notre secret, le plus grand des secrets. Toi et moi pourrions mourir de trahir ce secret. Juré ? - Juré. " 
1942. Joseph a sept ans. Séparé de sa famille, il est recueilli par le père Pons, un homme simple et juste, qui ne se contente pas de sauver des vies. Mais que tente-t-il de préserver, tel Noé, dans ce monde menacé par un déluge de violence ?
Un court et bouleversant roman dans la lignée de Monsieur Ibrahim... et d'Oscar et la dame rose qui ont fait d'Eric-Emmanuel Schmitt l'un des romanciers français les plus lus dans le monde.
Lu dans le cadre du Baby Challenge [Littérature Contemporaine]
J'en suis donc à 12 / 20 pour un objectif maximal; on se rapproche...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benoitd67 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines