Magazine Animaux

La météo des méduses arrive sur les plages

Par Nuage1962

Les vacances, certains chanceux iront vers la mer … baignade, coups de soleil .. mais aussi des mauvaises rencontre comme des méduses laissant quelques blessures et de mauvais souvenirs .. Normalement la météo sert au bon et mauvais temps .. mais pourquoi pas pour certaines régions du globes a des bulletins d’alertes pour les méduses
Nuage

La météo des méduses arrive sur les plages

Pelagia noctiluca © Fabien Lombard - 2012 Observatoire d'Océanographie de Villefranche-sur-Mer

Pelagia noctiluca © Fabien Lombard – 2012 Observatoire d’Océanographie de Villefranche-sur-Mer

Grâce au nouveau  dispositif “Medazur“, il est désormais possible de prévoir l’arrivée des méduses le long de la Côte d’Azur. Une initiative qui devrait rassurer les touristes.

Elle répond au doux nom de “Pelagia noctiluca“. Redoutée par les vacanciers du littoral, cette méduse méditerranéenne est un véritable calvaire qui sévit le long de la côte. Pour faire face à ce fléau, le LOV  (Laboratoire d’Océanographie de Villefranche-sur-Mer) a mit en place le projet “Medazur“. Son objectif : localiser les déplacements des mollusques urticants et annoncer gratuitement les prévisions d’échouage. Consultables sur le site internet, ces bulletins d’alerte sont publiés chaque jour avec une échelle de couleur : rouge pour un risque élevé, vert pour un risque modéré et bleu pour une menace quasi nulle.

« Le jour, les méduses descendent dans les profondeurs pour se protéger du soleil. Elles remontent à la surface la nuit. Nous utilisons ensuite des calculs mathématiques pour parvenir à des prévisions » indique Gabriel Gorsky,  directeur de l’Observatoire océanologique de Villefranche-Sur-Mer.

Pour arriver à ces résultats, les équipes du LOV mènent des expéditions en mer afin de localiser les amas de méduses et déterminer leurs conditions de pullulation. Une bouée munie d’une caméra a aussi été placée dans la rade de Villefranche. Située à l’entrée des courants, elle permet de quantifier le passage des méduses dans sa zone. En combinant ces données aux résultats des études de courantologie et de salinité, les scientifiques peuvent ainsi comprendre les déplacements des Pelagia et les anticiper.

Cette méthode révolutionnaire pourrait bien permettre de limiter les risques de brûlures. L’année dernière, prés de 5000 interventions de pompiers ont été nécessaires pour soigner les vacanciers, ou secourir des plaisanciers cernés par les méduses.

Pour l’instant, la zone de documentation est restreinte à une zone située entre Menton et Antibes, mais devrait être élargie d’ici la fin de l’année. Un soulagement pour les estivants.

Sylvia Guirand

http://www.nationalgeographic.fr



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nuage1962 4013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte