Magazine Culture

Dans les pas de Hannah Arendt

Par Apollinee

Juillet 2012 Festival corresp Grignan 028.jpgLa foule  était dense, largement féminine,  relativement ..insoumise, qui envahit ce vendredi 6 juillet, la cour des Adhemar (Grignan) pour assister à une rencontre littéraire orchestrée autour de Laure Adler et du portrait de deux femmes philosophes, Simone Weil et Hannah Arendt.

L'entretien était mené par Karine Papillaud , au départ des deux ouvrages que la journaliste, écrivain, biographe, chargée de cours (Histoire des femmes), ..., venue droit d'Aix,  a consacrés à Simone Weil et Hannah Arendt, à savoir,  Simone Weil, l'insoumise (Actes Sud, 2008) et Dans les pas de Hannah Arendt  (Gallimard, 2005)

Juillet 2012 Festival corresp Grignan 032.jpg
Si elles ne se sont jamais rencontrées et n'ont pas lu leurs écrits respectifs, Hannah Arendt et Simone Weil ont ceci de commun qu'elles furent des "éveilleuses de consciences", pressentant dès le début des années 30 le danger que représentaient  Hitler  et les germes du totalitarisme allemand.

Opérant un travail de détective pour l'élaboration  de son essai, Dans les pas de Hannah Arendt,  Laure Adler a traqué tous les lieux par lesquels cette dernière transita, persuadée que les intellectuels nourrissent leurs pensées de leur vécu  : "Il existe une sorte d'arche sensorielle entre la pensée d'un ou une intellectuel(le) et la trame de son existence"

"Tombée" dans l'oeuvre de Simone Weil par le biais de sa correspondance, Laure Adler avoue une réelle fusion de pensée entre elle et  la philosophe, brillante,  tôt décédée au terme d'une vie fulgurante, "vierge rouge", stigmatisée d'extrême gauche,  résistante de la première heure, qui rejoignit à Londres, le général de Gaulle.

Et la journaliste de s'interroger sur le long temps que mirent les Alliés à intervenir dans les camps : " Les Etats-Unis avaient les moyens d'arrêter le processus d'extermination. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait? "

D'évoquer le grand silence qui présida aux retours des camps.

De s'écarter quelque peu de la pensée d'Hannah Arendt, soutenant, contrairement à cette dernière que "La Shoah n'a pas de comparaison dans l'Histoire des génocides"

Qui pouvait en effet, à l'époque, souscrire aux avertissements de Simone Weil et Hannah Arendt,  oser imaginer l'impensable ?

"Comment peut-on imaginer dans l'Histoire de l'Humanité qu'un système politique va pouvoir s'ériger sur la haine de l'autre? "

Laure Adler rappela à cette occasion qu'avant que de s'étendre au peuple juif, la haine nazie s'en était prise aux malades mentaux, aux homosexuels et aux Gitans.

Il est des évocations qui sont de vrais devoirs de conscience.

AE


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Apollinee 3972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines