Magazine Culture

Partons à la découverte du film espagnol « El Cosmonauta  »

Publié le 20 juillet 2012 par Monartiste

Bonjour,

Avec ce premier article tiré du blog du Cosmonaute et traduit avec l’aide d’une jeune étudiante en cinéma Agnès Saison, nous allons partir à la découverte cet été du film « Le Cosmonaute ».

Pour ce premier article d’une série de cinq articles, nous allons nous intéresser à la photographie du film et à l’univers onirique qu’ils veulent créer grâce à l’image

L’image du Cosmonaute

Ceux qui ont lu le script se sont rendu compte que le film était assez poétique et même onirique dans certaines scènes.

Pour différentes raisons, le choix de la pellicule est une étape importante. C’est pourquoi j’ai regardé les bandes démo de différents directeurs de la photographie cherchant à trouver ce que je recherchais. Aujourd’hui, je veux vous parler de l’équipe qui va avoir la photographie du Cosmonaute entre ses mains,

L’EQUIPE

La première décision importante que j’ai prise était d’avoir un directeur de la photographie pour le film différent de celui qui s’occupe du transmedia. J’ai trouvé qu’il était important d’avoir deux points de vue distincts, du à l’énorme quantité de matériel que nous voulions tourner et les différents approches que nous voudrions appliquer aux images.

Je vous présente Luis Enrique Carrión et Pablo Clemente. Luis Enrique Carrión sera le directeur de la photographie de The Cosmonaut. Pablo sera le directeur de la photographie du transmedia. Je pourrais vous dire beaucoup de choses à leur propos, mais je pense qu’une image vaut mieux que des centaines de mots. Leurs réalisations :

Je suis émerveillé à chaque fois que je vois une nouvelle pièce de travail qu’ils créent. Tous deux savent ce qu’ils font, ils connaissent leurs outils, et ils sont tous deux très réceptifs à mes paroles.
Une autre décision importante que nous avons prise était d’avoir la plus petite équipe de prises de vue, de réduire au minimum le nombre de personnes, même si cela signifiait travailler plus dur. Nous avons cru qu’une équipe réduite de prise de vue aiderait les acteurs à se déplacer librement, pour aller plus vite, et nous permettre d’être plus léger, de s’adapter.
C’est pourquoi ils ont été les seuls à faire fonctionner la caméra. Nous avions simplement 4 autres personnes.

Le reste de l’équipe du film ci-dessous :
Paco Serrano: Opérateur de la caméra et Steadicam avec HAWK EYE qui a été en collaboration avec Cinéma Riot quasiment depuis que nous avons commencé. Il sera l’assistant cameraman et régisseur. Il fera preuve de magie avec le steadicam.
Adán Martín, assistant habituel de Luis Enrique. Sa définition de lui : Il est un couteau suisse, précis et prêt à tout. Il sera le chef électricien et deuxième assistant.

Manuel Portillo, cinéaste et expert dans la colorimétrie, l’étalonnage et les appareils photos Canon. Il sera notre gestionnaire de médias, d’étalonnage et il classera les fichiers en temps réel pendant que nous filmerons. Il sera également notre technicien HD, et il sera chargé de faire en sorte que chaque pixel est à l’endroit où il est censé être. Par curiosité, il a rendu toutes les images de Pablo en pellicule.
L’équipe transmedia aura un autre assistant caméraman mais nous ne l’avons pas encore choisi, et Bruno, que vous connaissez déjà. Il sera en charge de la coordination de la partie créative.

Je ne suis pas seulement heureux parce que ce sont tous des gens très talentueux, mais parce que je sens que je suis entre de bonnes mains.

LES CAMERAS

La troisième décision importante (et probablement la plus difficile) était de savoir quelles caméras nous allions utiliser pour tourner. Nous savions dès le début que ça allait être un appareil photo numérique (nous aimons la pellicule, mais ce n’est pas dans nos moyens. Il s’agit d’une technologie du passé que nous adorons mais nous ne serions pas à l’aise de travailler avec, surtout si nous pensons à notre budget et à la façon dont nous voulons travailler).

Tenant compte de cela, nous avons pensé que la RED ONE était le meilleur choix en termes de qualité. Nous avons discuté de beaucoup de choses. Nous avons bien réfléchi. Nous avons regardé des dizaines de vidéos, et nous avons finalement décidé de placer nos espoirs dans cette nouvelle technologie, comme presque tout dans ce projet.
Nous allons tourner le film avec les reflex numériques. Les appareils photo reflex numériques sont des appareils photo qui peuvent également filmer des vidéos.
Durant les deux dernières années, les reflex numériques sont arrivés dans le monde du cinéma indépendant. Ils ont apporté de nouvelles esthétiques là où aucune innovation n’était prévue. Ils sont encore à peine utilisés dans la fiction, mais très prisés pour les clips vidéos et les publicités. Il y a certaines séries, telles que House, Luck de Michael Mann et d’autres séries HBO qui ont commencé à les utiliser dans leurs épisodes. Certains professionnels les comparent à des caméras numériques de pointe, et ils sont surpris de découvrir que des caméras à quelques milliers d’euros sont en mesure de rivaliser en couleur et en texture.

Je suis étonné de voir comment une nouvelle technologie peut inspirer une esthétique. C’est l’esthétique de notre époque: couleurs intenses, le contraste, presque pur, les lumières noires et la mise au point partielle. Soudain, la mise au point est arrivée jusqu’aux vidéos faites maison, et les productions numériques ont de la profondeur de champ, des ombres et des lentilles interchangeables à nouveau. Nous avons obtenus des résultats étonnamment poétiques, lumineux et vifs grâce à la combinaison de la caméra à la main, l’esthétique numérique et une profondeur de champ minimale.

C’est bien qu’il ait été souligné pendant la discussion le fait que ce soit une tendance passagère, si elle doit rester ou non, si c’est beau ou non. Ce que nous savons pour sûr, c’est que c’est fascinant, et que nous avons tous envie de jouer avec cette nouvelle esthétique découverte. Nous voulons voir comment elle rapproche la réalité et la fiction.
Voici mes raisons. Maintenant, Luis Enrique, Pablo et Manu vont expliquer les avantages et les inconvénients de ces caméras dans un sens technique, et pourquoi ils (et donc, moi) sommes si tranquilles avec cette décision.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Monartiste 1279 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines