Magazine Bd

Expérience œnologique au Salon du Livre

Par Manuel Picaud

Au village manga, l’espace très animé durant le Salon du Livre de Paris, l’éditeur Glénat organisait mardi dernier une mini conférence originale autour de la sortie d’un nouveau manga en France. Le best-seller japonais, traduit en français, les Gouttes de Dieu de Tadashi Agi et Shu Okimoto sortira en effet dans les librairies le 2 avril et traite, de manière inaccoutumée, du vin.
La présentation à la presse comportait plusieurs originalités. Elle n’était pas réservée aux journalistes, mais ouverte au public du Salon. Elle s’effectuait sous forme d’un débat sur le « manga de métier » animé par Albert Algoud, rédacteur en chef de Fluide Glacial et dont c’est le 58ème anniversaire aujourd’hui. Et elle se terminait par un jeu où les journalistes participaient, en présence d’un grand sommelier.
Photo de gauche à droite : Michel Davoz, oenologue, Albert Algoud, rédacteur en chef de Fluide Glacial, Olivier Chamoillard, libraire et Stéphane Ferrand, directeur éditorial manga Glénat © Manuel F. Picaud – Auracan.com
Je n’ai pas l’habitude de parler de manga sur ce blog, non pas que je n’aime pas ce genre, mais qu’il a bien fallu choisir une ligne éditoriale. Rien ne m’empêche néanmoins de faire part de découvertes intéressantes. Le manga est riche d’une très grande variété de styles et d’inspirations. Son marché en France est l’un des plus dynamiques au monde. Pour l’essentiel, les albums qui paraissent ont déjà une carrière au Japon, voire en Corée. Pour cette nouvelle série les Gouttes de Dieu, déjà plusieurs millions d’exemplaires ont été vendus, après sa parution dans l’hebdo japonais Morning. Le concept est ici une enquête divertissante sur le monde du vin. Le lecteur doit pouvoir comme le héros néophyte du vin découvrir l’œnologie.
Comme je peux totalement m’identifier au héros sur ce plan là, je vais pouvoir mesurer la force du récit. D’après l’œnologue présent, le manga évoque le sujet avec beaucoup de précision comme savent le faire les Japonais quand ils se passionnent. La traduction a été relue par Jacques Glénat lui-même fin connaisseur de vin.
Pour finir, j’ai participé au test en vrai avec mes collègues et je n’ai pas été surpris de terminer… bon dernier ! Il fallait répondre à des questions techniques, reconnaître des parfums et découvrir un cru. C’était très amusant et franchement une expérience intéressante. Prochainement, je vous reparle du manga et verrai si je sens que je progresse dans ce domaine ! Il y a du boulot...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Manuel Picaud 2238 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines