Magazine Cinéma

A bord du Darjeeling Limited

Par Luc24

Une presse élogieuse, une très belle affiche, un partenariat avec Louis Vuitton...A bord du Darjeeling Limited, nouveau film de Wes Anderson (La vie aquatique, La famille Tenenbaum) s'inscrit comme le film tendance et à voir en ce début de Printemps. Mais au fait, c'est bien ce truc ?

La critique  

A bord du Darjeeling Limited

Wes Anderson signe le "film accessoire" de l'année

Un homme barbu  (Jason Schwartzman) dans une chambre d'hôtel, seul. Une jeune femme débarque sans prévenir (Natalie Portman) , probablement son ex. Ils se tournent autour avec en fond une jolie musique. Réalisation virtuose, une certaine grâce...Générique de fin. Non ce n'était pas A bord du Darjeeling Limited mais Hôtel Chevalier, le court métrage qui sert d'introduction au nouvel opus de Wes Anderson. On aurait envie de dire dommage, car cette version courte est peut être bien plus intéressante que le film long qui la suit.

A bord du Darjeeling Limited

A bord du Darjeelin Limited marque les retrouvailles de trois frères : Jack (Jason Schwartzman, perso principal de Hôtel Chevalier), Peter (Adrien Brody) et Francis (Owen Wilson) à l'initiative du dernier cité. Trois frères que la vie a plus ou moins séparés ou plutôt une tragédie : la mort du père et l'absence de la mère lors des funérailles. Francis ayant frôlé la mort récemment, il a pris conscience de l'importance de la vie et de ses proches. Il tient alors à partager un voyage à travers l'Inde (l'idéal pour méditer) avec ses deux frérots et leur prépare une petite surprise une fois arrivés à destination. Le train dans lequel ils embarquent (le Darjeeling Limited) ne manquent pas de fantaisie avec des intérieurs très colorés, une hôtesse très charmante et un personnel un peu foufou.

A bord du Darjeeling Limited

Ce n'est pas un hasard si le film s'est associé à Louis Vuitton : Wes Anderson n'est pas du genre à négliger ce qui est accessoire. La forme de son Darjeeling Limited est soignée à l'extrême. Il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour ne pas s'accorder sur le fait que dans ce film tout est extrêmement beau. Les couleurs, les costumes, les décors...Tout ce qui est à l'écran brille de par un certain raffinement. La réalisation est aussi très classieuse et maitrisée. Mais rapidement, le côté "petit bourgeois" du film pourra lasser : l'argent s'affiche partout, les problèmes des personnages sont souvent des soucis de petit gosse de riche et on aimerait bien que le film dépasse le stade de film à sketchs ciblé CSP+. Car le réel problème du nouveau film de Wes Anderson, c'est qu'il possède un scénario très simpliste et décousu et que si dans la forme le film est un délice, dans le fond il n'y a pas grand chose à retenir. Les petits gags sont mignons mais ne suffisent pas à capter l'attention. Pire, on a parfois la désagréable sensation d'assister à une pub géante pour une nouvellle collection de valises Vuitton. Si les acteurs sont impeccables et ne manquent pas de charisme, l'oeuvre en elle-même aurait gagné à sortir de son petit cadre bourgeois pour raconter une véritable histoire. Voici un nouveau concept, celui du "film accessoire". Joli à regarder mais attention à ne pas creuser ! Quand on vous dit que c'est ce qu'il y a à l'intérieur qui compte...


Tu dois activer le JavaScript pour afficher cette vidéo. &
 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines