Magazine Cinéma

Extra-Terrien

Publié le 31 juillet 2012 par Olivier Walmacq

extra-terrien_ipiq_-39yap

La critique envahissante de Borat

Gary Rydstrom s'est largement fait connaître dans le cinéma par des sons. Il a d'ailleurs été sept fois oscarisés et notamment pour Il faut sauver le soldat Ryan et Terminator 2. En 2007, Pixar lui donne l'occasion de se mettre à la réalisation avec Extra-terrien, un court-métrage.
Il devait réaliser Newt, histoire de deux tritons, mâle et femelle, devant s'entraider pour sauver leur espèce; mais le projet sera annulé suite à une ressemblance avec le projet avec Rio de Blu Sky et Rango de Gore Verbinski. Reste que le projet semblait déjà plus ambitieux que Cars 2 sorti l'an dernier à la même période choisie. Pas rancunier, l'auteur reviendra récemment avec le court-métrage de Cars 2 (admirez l'ironie), Vacances à Hawaï extension de Toy Story 3.
Mais revenons à Extra-terrien. Nous sommes en pleine campagne, de nuit et pas un souffle de vent à l'horizon. Tout est paisible. On entre dans la maison présente dans le décor avec un plan sur son habitatant, un curieux sosie de Linguini, le cuisinier raté de Ratatouille dont le court fait l'ouverture. Soudain une lumière apparaît devant sa fenêtre.
On voit alors un vaisseau spatial juste devant la maison.

On pense alors au film de Steven Spielberg Rencontres du troisième type, où l'enfant finissait par se faire prendre par les aliens dans une maison de ce genre et dans le même décor.
Une sorte d'hommage de Rydstrom envers un de ses employeurs fétiches. Hommage jusque dans la musique de Michael Ciacchinno, très williamsienne pour le coup, jouant à la fois sur le suspense et l'émerveillement. Puis, Linguini se fait prendre dans le faiseau lumineux mais il cogne le mur. En fait, un apprenti envahisseur cherche à le faire sortir la maison.
Le problème étant qu'il a une tonne de boutons devant lui et ils s'avèrent tous plus identiques les uns les autres. Rydstrom fait alors référence à son métier principal, ingénieur du son, souvent cantonné à ce genre de tablettes où le moindre bouton peut avoir sa signification.
Mais encore faut il la connaître. Ce qui donne un effet comique totalement fendard pour le spectateur, le pauvre Linguini se prenant les murs un par un et parfois simultanément, immortalisé par le passage où l'on voit du dehors le pauvre humain se faisant éjecté dans sa maison!

Une véritable pignolade digne de ce nom. Et quand notre petit alien semble y arriver, le cul de Linguini bloque la fenêtre! Sans compter l'arbre, puis le vaisseau mais encore une fois, notre apprenti va faire une grave erreur: lâcher le bouton alors que le vaisseau est encore ouvert !
C'est alors que l'instructeur remet tout en place et heureusement. Comme il est gentil, il laisse au jeunot de prendre les commandes. Malheureusement nouvelle bourde: le vaisseau s'écrase sur la maison laissant juste la place à Linguini et son lit !
La chute sera rude et vaudra pour nous une nouvelle écoute du mythique "Cri de Wilhelm". Vous l'aurez donc compris qu'Extra-terrien est un court-métrage particulièrement jouissif et référencé. Un des tout meilleurs et les plus drôles du studio.
Clairement, on ne s'en lasse pas et encore une fois la technique est au rendez-vous. Pixar découvre la science-fiction ici et compte lui donner une de ses meilleurs oeuvres récentes dans son long-métrage suivant.

Un court-métrage alternant merveilleusement humour et science-fiction.

Note: 20/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines