Magazine Culture

Le grand Meaulnes - Alain-Fournier

Par Loizolire
Alain-Fournier, de son vrai nom Henri Alban Fournier, est né en octobre 1886 à la Chapelle d'Angillon (Cher). Il fait ses études à Paris et prépare le concours d'entrée à l'Ecole Normale Supérieure. Après son échec à l'oral de Normale, il fait son service militaire en 1907. En 1910, il est engagé comme chroniqueur littéraire à Paris-Journal. C'est à cette époque qu'il commence à rédiger quelques poèmes et contes, lesquels connaissent un certain succès. A l'automne 1913 paraît son premier roman, Le Grand Meaulnes, qui sera unanimement salué par la critique de l'époque. Août 1914, la France entre dans la première Guerre mondiale. Alain-Fournier est mobilisé en tant que lieutenant de réserve. Il est déclaré "disparu à l'ennemi" le 22 septembre 1914 dans la région de Verdun. Il avait vingt-sept ans.
Le Livre de poche, 352 pages Le grand Meaulnes - Alain-Fournier Le grand Meaulnes - Alain-Fournier Augustin Meaulnes, un adolescent de dix-sept ans, fils d'une riche famille, est placé comme pensionnaire chez un instituteur de la région, un certain Monsieur Seurel. Elève du cours supérieur à Sainte-Agathe, un village proche des bords du Cher et de la Sologne, Augustin devient rapidement l'ami et le confident de François, le fils unique de l'instituteur, souffrant d'un léger handicap à la jambe qui le fait boiter. Quelques jours avant les vacances de Noël, Meaulnes disparaît. Certains pensent déjà à une fugue. Il part en fait sans autorisation à la gare récupérer les grands-parents de François. L'adolescent traverse un village de la Sologne, s'égare et arrive finalement dans un château mystérieux, dissimulé dans les sapins, où se déroulent les préparatifs d'une étrange fête à laquelle ne semblent confiés qu'enfants et adolescents. C'est là qu'Augustin croise une jeune fille, Yvonne de Galais, dont il tombera éperdument amoureux... 
Mon avis : c'est toujours avec une certaine émotion que je pense à Alain-Fournier, au destin cruel, jeté dans la barbarie de la Grande Guerre. L'auteur avait un talent évident, une plume fort agréable, exprimant une grande sensibilité de l'âme. Certes, le thème du roman n'est pas nouveau, il s'agit bien d'un récit de vie, d'amitié, d'amour et d'aventures, mais ce qui dégage du livre est une mélancolie, une atmosphère délicate, une poésie d'une qualité rare, plongeant le lecteur entre rêve et réalité. Un roman d'une grande richesse : une histoire qui reflète avec finesse les attentes, les rêves et les tourments de l'adolescence insouciante et, des personnages marquants qui nous fascinent à l'image du Grand Meaulnes, cet adolescent rêveur, énigmatique et turbulent, en quête d'aventures et de bonheur absolu.

Bien qu'il soit un "classique" de la littérature française, ce livre reste paradoxalement méconnu de notre jeunesse. On ne peut que le regretter.


A tous ceux qui hésitent encore, je vous laisse découvrir ce magnifique roman !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Loizolire 39 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines