Magazine Culture

A COEUR OUVERT, film de Marion LAINE

Par Geybuss

A COEUR OUVERT, film de Marion LAINE

Synopsis :

Mila et Javier sont tous deux chirurgiens du cœur.
Mariés depuis dix ans, ils ont deux passions : leur amour et leur métier.
Mais Mila tombe enceinte, contre toute attente, et la perspective d'un enfant remet en cause l’équilibre de leur relation. Le penchant pour l’alcool de Javier devient alors une réelle menace…

Drame avec Juliette Binoche, Edgar Ramirez, Hippolyte Girardot

-toile2.jpg

Mon humble avis :Ce film est on ne peut plus légitime dans son sujet et même dans sa façon de le traiter et pourtant,  je suis peu enthousiaste. La sauce n'a pas pris pour moi. Outre des longueurs, il y a surtout une base empêche d'y croire tout à fait et qui parvient même à excéder devant l'inconscience de Mila et Javier. Oui, les deux personnages font preuve de tant d'inconscience, pire que des enfants,  que même si le scénario était tiré d'une histoire vraie, on aurait du mal à mordre à l'hameçon. De ce fait, on ne ressent aucune empathie pour ce couple qui implose de l'intérieur.... la cause, un enfant non souhaité qui pointera son nez dans quelques mois... et la mise sur au banc de sa profession de chirurgien cardiaque par l'hôpital pour cause d'alcoolisme. Et c'est surtout là que le bat blesse... J'espère que ce n'est que du cinéma, car qu'un hôpital mette autant de temps à relever de ses fonctions un chirurgien dont l'alcoolisme n'est un secret pour personne, cela fait froid dans le dos et me parait complètement irréaliste. Le film aurait gagné en profondeur si les antihéros avaient eu une autre profession à moindre responsabilités humaines. Leur déchéance aurait alors été crédible et j'aurais pu me consacrer sur leur déchéance propre. De plus, nombre de scènes de bloc opératoire (âmes sensibles s'abstenir) prennent trop de place au dépend d'un dialogue de couple sur l'alcoolisme qui n'arrive jamais alors qu'il aurait été intéressant. Bon, pour tout dire, je n'arrive pas à croire qu'une femme chirurgien de haut niveau soit aussi aveugle devant l'état lamentable de son mari et continue à l'encourager et à le recommander professionnellement... sans que jamais une cure de désintoxe ne soit abordée. Mêmesi  Mila et Javier partage un amour fusionnel, passionnel et destructeur, je refuse de croire que cet amour rende aussi aveugle et inconscient quand on vit dans cette catégorie socioprofessionnelle, de même que l'entourage qui se contente d'un simple réconfort. Mais je suis peut-être très très naïve.

Encore une fois, ce sont les acteurs qui pour moi, sauvent ce film du naufrage. Oui, Juliette Binoche parvient enfin, à quelques minutes de la fin, à nous arracher un peu de pitié, ce qui n'est pas le meilleur des sentiments... Quant à toute fin, on nage dans le cliché au point que l'on quitte la salle noyé et plutôt démoralisé par ce film... Et qu'un remontant n'est pas de refus !

Ah et puis petit détail mais énorme à mes yeux... Mesdames et Messieurs les réalisateurs, faites attention, à force de vouloir forcer sur le symbole, on quitte la réalité... Quand Javier arrache ses billets d'avion... Ce sont des billets d'avion d'il y a 5 ans que l'on voit là.... Depuis au moins 5 ans, les billets d'avion sont passés à tout l'électronique. Il n'y a plus que des E.Ticket depuis des années et vous pouvez les arracher autant que vous voulez, vous n'en n'avez nul besoin. Pour embarquer, une simple pièce d'identité suffit !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Geybuss 1558 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines