Magazine Culture

Anthologie permanente : Bernard Vargaftig (2)

Par Florence Trocmé

Je ne me souviens pas de ma mère pourtant
Je l’ai connue Quatre mois j’ai gardé l’étoile
Qu’elle a cousue sur mon manteau Quatre mois ne
Grandir que la nuit Vivre et que sais-je du temps

C’est long un homme qu’on engouffre dans le cri
D’une voiture J’aurai gardé de mon père
Quelques semaines ce regard Je marchais derrière
Toi qui pleurais à tâtons Quelqu’un vite prit

Ta main De moi ce qu’il advint ne l’oublie pas
Si j’étais quelques fleurs ne serait-ce qu’un peu
D’herbe là Le vent sur ces champs noirs où rien ne
Croît Rien Très lourd comme un silence dans la voix

Bernard Vargaftig, L’aveu même d’être là, éditions au diable vauvert, 2008, p. 87 ; poème paru dans Les Temps modernes, juin 1963.

Ô parole indivisible
Est-ce l’herbe des charniers

L’immobilité d’un mur
Ou la mort criblée d’images

L’aveu même d’être là
Comme l’énumération

D’un étang et d’un village
Tourbe neige cuivre école

Jusqu’au nom de chaque jour
dans le signe sur les portes

                                                   C’est soudain
                                                   Comme un lézard
                                                              un chemin sous chaque bras
                                                                               une échelle
                                                                               où tu étais
                                                                                      un dicton
                                                   Pour te poursuivre
                                                                      différente
                                                   De tes preuves

Bernard Vargaftig, Éclat & Meute, Action Poétique, p. 39 ; repris avec une autre disposition des vers dans L’aveu même d’être là, éditions au diable vauvert, 2008, non paginé (et le recueil divisé en 3 parties) : III, XXX.

contribution de Tristan Hordé

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com,
→ Recevez chaque jour de la semaine l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule"


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines