Magazine Culture

[anthologie permanente] Homero Aridjis & Yves Bonnefoy

Par Florence Trocmé

L'été est le temps des rediffusions ! Poezibao revient donc sur ses pas et reprend les tout premiers temps de l' anthologie permanente. Elle s'appelait alors l' almanach poétique et a commencé à paraître le 1er janvier 2002 sur le site Zazieweb aujourd'hui disparu (ce qui fait que les poèmes choisis à l'époque ne sont plus accessibles). Les extraits étant très courts à l'époque, Poezibao en publiera deux chaque jour de cet été.


(20 février 2002)/ Homero Aridjis
tu viens dans la maison de tes parents
rendre visite à ton enfance
et la poignée de la porte
te reste dans la main
Tu longes le couloir
qui menait à ta chambre
et tu trouves des ombres
assises sur les bancs
Dans la pièce où tu dormais
il y a un jardin intérieur
mais que le lit est sec
et les murs glacés !
[...]
Le maison de ton enfance
est un paradis en ruine.
Homero Aridjis in Nouvelle Revue Française, n° 555, octobre 2000, page 238 (traduction de l'espagnol de Anne-Marie Casès).
*
(21 février 2002)/ Yves Bonnefoy
Tout cela, mon ami,
Vivre, qui noue
Hier, notre illusion,
À demain, nos ombres.
Tout cela, et qui fut
Si nôtre, mais
N'est que ce creux des mains
Où eau ne reste.
Tout cela ? Et le plus
Notre bonheur :
L'envol lourd de la huppe
Au creux des pierres.
Yves Bonnefoy, Les Planches courbes, Mercure de France 2001, page 33.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 17998 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines