Magazine Culture

En deux mots, s'il vous plait...

Par Msperso
A une éditrice qui me demandait si j'aimais être juré du Prix des Lecteurs, je lui répondait "non". Surprise, elle me demanda pourquoi : "Parce que ça me contraint à lire des livres, et que si c'est une expérience pour moi extra-ordinaire (en deux mots, s'il vous plait), je la conçois comme devant la rester." S'il y a certes des rencontres formidables que je n'aurais pas faites, reste cependant l'obligation - certes douce, agréable et volontaire...
Je ressens aussi l'obligation morale de lire les livres que le Littéraire m'envoie... Mais à
un moment, il faut s'arrêter de lire, pour "oser écrire" - oui, oser est bien le mot.L'achat de livres grève mon budget, mon temps et mon énergie que parfois je suis capable de rien faire d'une force... Et pourtant, le fait de dépenser me donne le droit de ne pas lire, de prendre pour moi le risque d'être déçu, et de ne pas poursuivre. J'en viens à être content de n'avoir à répondre à personne si ce n'est à moi-même. Et çà me va.
Aujourd'hui, j'ai acheté (rubrique bouquins):
- Tractatus logico-philosophicus, de Ludwing Wittgenstein (Gallimard).
- La pesanteur et la grâce (Pocket), ainsi que les Œuvres rassemblées dans la collection Quarto (Gallimard), de Simone Weil.
- Histoire universelle de la destruction des livres, de Fernando Baèz (Fayard).
- et San Quentin Jazz band, de Pierre Briançon (Grasset).
Une de mes scènes de cinéma préférée représente Robin, une sculpture de Camille Claudel dans les mains. Il se demande : "Qu'a-t-elle ce que moi, Rodin, je n'ai pas ?". Je révise mes nouvelles - et peut-être est-ce la seule vraie question qui me hante, moi qui ne suis ni Rodin, ni Camille Claudel...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Msperso Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines