Magazine Culture

DIIV (+Caandides+Parakeet) - Paris, La Plage Glazart - 23 août 2012

Publié le 25 août 2012 par Lamusiqueapapa @musiqueapapa
DIIV (+Caandides+Parakeet) - Paris, La Plage Glazart - 23 août 2012 Retour à la plage Glazart - décidément l'un des lieux de sorties idéales du moment à Paris - trois jours après,  avec au programme trois noms de groupes aux voyelles doublées. On commence évidemment avec le "A" et Caandides, assez fidèles à leur patronyme. La musique de ces très jeunes français est en effet encore assez naïve, malgré les évidentes influences américaines, en tête desquelles Vampire Weekend. Ce qui nous manque souvent, comparé aux anglo-saxons, c'est un son, un vrai. Et là, une fois de plus, il n'y en a pas. C'est un espèce de gloubiboulga sans saveur, malgré parfois quelques tentatives de mélodies. C'est poussif et loin d'être suffisant pour espérer sortir le public parisien de sa torpeur et de ses discussions de vacances. Ensuite, on a droit au "E" dédoublé avec les anglais de Parakeet. Ce sont des britanniques qui font de la musique d'américains, très inspirés par la mouvance noisy et punk de la fin des années 80, Pixies, Nirvana et tutti quanti. Le constat est presque le même que pour nos frenchies, malgré un petit mieux au niveau du son, ça manque de vraies chansons pour accrocher. Et puis, et même si certains diraient qu'on s'en fout, le groupe n'a aucun charisme scénique, la chanteuse-bassiste se contentant de balancer ses cheveux et de brailler (telle une perruche?). Enfin, vint l'heure du "I" (dans l'ordre des voyelles, il y a une certaine cohérence dans la soirée) alias DIIV renommé après-coup; Dive, du nom d'une chanson de Nirvana, était déjà pris par un autre groupe. Et là, la différence se perçoit d'emblée, jusque dans l'attitude. Ici pas de fioriture, une préparation des instruments en un temps record et tant pis si le clavier ne marche pas, les gaillards n'ont pas l'air de s'en faire pour autant. Il faut dire que l'essentiel du public est venu pour eux, ça aide. Le chanteur et guitariste principal, au casque blond, est un ancien membre des excellents Beach Fossils et on reconnait tout de suite le jeu de guitare de la maison. Petit à petit, la formation se règle et la joie d'en être se ressent naturellement. Les titres ont beau tous se ressembler, quarante-cinq minutes à peine de concert, c'est trop court. On aurait bien repris un peu de voyelles finalement...
Tiens, petit quizz au passage, saurez-vous trouver le nom de groupes avec un "O" et un "U" doublé ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lamusiqueapapa 3864 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines