Magazine Culture

Yukonnaise - Mylène Gilbert-Dumas

Par Venise19 @VeniseLandry
Yukonnaise - Mylène Gilbert-DumasAu retour de vacances en Gaspésie, quoi de mieux que de parler d’un roman que j’ai aimé !
La démonstration est une fois de plus faite que Mylène Gilbert Dumas sait m’intéresser à un personnage principal (réf. : L’escapade sans retour de Sophie Parent). Elle focalise son personnage, de tous les côtés et sous tous les angles, son regard d’écrivaine converge vers lui. Elle tient son objectif braqué sur son sujet et n’en dévie pas. Je crois que c’est là une grande force pour une romancière.
Pourquoi suis-je entré dans cette histoire sans vouloir en ressortir, pourquoi ai-je fait corps avec les émotions, les gestes et pensées de la Yukonnaise ?
Il faut le dire, le canevas entre les deux personnages est assez semblable, cette jeune femme, semblable à Sophie Parent, dépassera la définition qu’elle se fait d’elle-même,  Au départ, deux portraits de femmes aux contours flous qui, en vivant l’adversité, développent une force caractère insoupçonnée qui vient préciser leurs traits.
Toutefois, la Yukonnaise m’a plus captivée encore parce que campée dans un milieu inconnu de moi, le Yukon. Une occasion en or pour le lecteur, par ce personnage qui arrive en talons hauts et ongles vernis, de découvrir un pays où la vie se décline sous le mode rudimentaire. Qu’est-ce qui retiendra cette jeune femme modelée depuis son enfance à la vie citadine où le confort va de soi comme l’air respiré ? L’amour pour un homme, vous vous direz peut-être. Je ne dirai pas non, même si l’histoire ne se résume pas à cette simple affirmation. Les thèmes variés se déclinent au pluriel : les élans de survie, le dépassement de ses limites physiques et psychologiques, le face à face avec le deuil, l’amour de soi versus l’amour de l’autre, la maternité, la débrouillardise, l’amitié entre homme et femme prennent des airs d’absolu dans cette extrême froidure et cette absence de luminosité.
Un pays idéal pour explorer la temporalité de la vie ; la durée en opposition avec la fugacité. Les visiteurs de cette contrée soutirent le meilleur puis s’enfuient quand arrive le pire. On fait connaissance avec les touristes, les résidents, les semi-résidents .... et les endurants. Ce sol, qui s’éclaire si brièvement à chaque jour, prête à la comparaison que la vie est passagère autant que la lumière, qu’elle se présente par cycles, la mort suivant inévitablement la vie. J’ai senti les protagonistes proches de ces réalités.
En plus de l’histoire étoffée d’une femme au cœur à apprivoiser, Yukonnaise est une captivante approche des mœurs et coutumes d’une contrée qui apparaît mystérieuse pour qui n’y a jamais mis les pieds. Et c’est sans l’ombre d’un doute que l’auteure, elle, y a mis les pieds, sa prose instructive et le regard pétillant qu’elle y jette sont là pour le confirmer.
Yukonnaise, auteure Mylène Gilbert-Dumas, VLB éditeur, 360 p. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Venise19 3552 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines